Alexandra Lapix se souviendra longtemps de l’été 2020. Pas seulement en raison du coronavirus et des étranges vacances dont il est responsable, mais suite au cauchemar qu’elle a connu dans la nuit du 30 au 31 août. La présentatrice du 20 heures de France 2 fait partie des quelque 5000 voyageurs bloqués dans des TGV immobilisés entre Dax et Bordeaux en raison de multiples pannes électriques. La Basque avait quitté dimanche Saint-Jean-de-Luz où elle habite pour rejoindre Paris où elle travaille. Elle a mis plus de 20 heures de plus qu’à l’habitude pour rejoindre la capitale française.

“J’aurais dû arriver [dimanche] à 16 h 21, a-t-elle expliqué sur RTL France, et je suis arrivée [lundi] à 12 h 30.” La journaliste a tenu à dédramatiser l’incident, soulignant la qualité du travail effectué par le personnel de la SNCF qui a fait de son mieux. “On a cru à chaque fois que l’incident ne durerait que quelques minutes […]. On en riait même à chaque fois qu’on nous annonçait un nouvel incident.” Mais au bout d’un certain temps reconnaît-elle, le stress a commencé à gagner les infortunés usagers, en particulier les enfants les plus jeunes. “Ils ont commencé à s’exciter ou pleurer. Et très vite il n’y avait plus d’eau et de nourriture. C’est là que ça a commencé à être un peu tendu.”

Même si elle n’a pas pu dormir pendant tout ce temps passé dans le train, la journaliste était bien au rendez-vous des téléspectateurs pour présenter le JT, lundi soir. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle était particulièrement au fait du sujet principal de l’édition dont elle avait les commandes.