Lance Bass, 23 ans, souhaitait participer à une mission d'une dizaine de jours sur l'ISS qu'il rejoindrait à bord d'une capsule russe Soyouz

MOSCOU L'agence spatiale russe et la compagnie de construction spatiale RKK Energuia n'admettront pas le chanteur pop américain Lance Bass au prochain vol vers la station spatiale internationale (ISS) en raison de retards répétés de paiement, a rapporté mardi l'agence de presse russe Itar-Tass.
Le jeune homme, qui a suivi une semaine d'entraînement côté américain au centre spatial Johnson (JSC) à Houston (Texas) avec ses deux coéquipiers, le Russe Sergueï Zaliotine et le Belge Frank De Winne, devait reprendre cette semaine les entraînements au centre de préparation des cosmonautes de la Cité des étoiles, près de Moscou.
La décision a été motivée par "d'importantes violations du contrat" par l'artiste, a ajouté l'agence, citant le porte-parole de la direction générale de l'agence spatiale russe, Sergueï Gorbounov.
"M. Lance Bass a été officiellement informé de l'interruption de son entraînement à la Cité des Etoiles et de l'impossibilité d'effectuer son vol vers l'ISS", a dit M. Gorbounov.
"L'Agence spatiale russe et la compagnie RKK Energuia ont pris en commun la décision d'envoyer vers l'ISS un chargement dont le poids égale celui de Lance Bass", a-t-il ajouté.
"Ignorant les délais de paiement accordés à plusieurs reprises pour son entraînement et son vol prévu en octobre, les bailleurs de fonds du chanteur n'ont pas respecté les clauses du contrat et n'ont pas versé d'argent", a expliqué le porte-parole.
Le prix du voyage devait s'élever à environ 20 millions de dollars.
L'Agence spatiale russe avait averti à plusieurs reprises le candidat au tourisme spatial qu'elle ne pouvait pas attendre indéfiniment le versement du prix convenu. Lundi, M. Gorbounov avait souligné que "la partie russe n'avait pas reçu un seul cent des bailleurs de fonds" de l'Américain.
L'Agence spatiale russe a déjà fait voyager deux "touristes de l'espace": l'Américain Dennis Tito (avril-mai 2001) et le Sud-Africain Mark Shuttleworth (avril-mai derniers) qui ont versé chacun à la Russie près de 20 millions de dollars.