Benjamin Maréchal, qui a été positif au coronavirus il y a un peu plus de 15 jours, pensait voyager sereinement grâce à son certificat belge de guérison. Il n'en était rien. En effet, ce document qui prouve qu'un individu a été rétabli du covid n'a pas de valeur à l'étranger, malgré qu'il soit présenté comme valide par les règles écrites par les autorités belges et américaines. Voyez plutôt. 

L'animateur en partance de la RTBF rejoignait donc les USA en passant par la Suisse. Au check-in, à Zaventem, son certificat de guérison est refusé. On lui demande plutôt un test PCR négatif pour pouvoir partir. Finalement, il a pu passer à condition de fournir un certificat médical qui l'autorise à voyager. Celui-ci doit être remis par un médecin et mentionner l'état de santé et le numéro de registre national du patient. 

Benjamin Maréchal arrive tout compte fait à New York, mais son retour en Belgique a été très laborieux. Ce dernier estimait que son certificat de guérison devait lui permettre de revenir facilement en Belgique. Sauf que son vol transite par Londres où seul un test négatif permet d'entrer sur le sol anglais. Place alors au test antigénique et au test PCR. 

L'animateur arrive à Londres mais avec trois heures de retard et loupe sa correspondance vers Bruxelles. Heureusement, il trouve une solution en rentrant à Francfort, où il prendra un avion vers Bruxelles. Mais en Allemagne, on ne reconnait que le test PCR. Une nouvelle fois, son certificat de guérison n'a aucune valeur. 

Et même pour revenir de Belgique, ce certificat n'est pas reconnu. Pour rentrer à Bruxelles, il a du utiliser le PLF (Formulaire de localisation du passager) et un test négatif. 

Benjamin Maréchal a raconté sa mésaventure sur Facebook, où il a poussé un coup de gueule. "Il n’y a ni règle européenne, ni harmonisation. La procédure de la Belgique est terriblement théorique mais ne résiste pas à l’épreuve de la réalité. Même les citoyens les plus légalistes finiraient par le dire. Ce document c’est bullshit".