A la lecture de l'affaire nous vient cette petite phrase qu'adresse Bernard (Gérard Jugnot) à Christiane (Dominique Lavavant) dans les "Bronzés": "Ma pauvre Christiane, mais vous êtes boulerversante de connerie..." C'est qu'il en a fallu de la naïveté à Palwinder Kaur, jeune avocate indienne, pour croire que la personne qui l'avait demandée en mariage sur Internet et avec laquelle elle entretenait une relation virtuelle, était bel et bien le prince Harry. Et pourtant, l'amour rendant aveugle, elle a foncé droit dans le mur et, voyant que ledit prince en avait choisi une autre qu'elle, elle a décidé de porter l'affaire devant les tribunaux!!!

Palwinder Kaur affirme qu'elle a été contactée par le Duc de Sussex sur les réseaux sociaux et qu'il lui a rapidement promis de l'épouser. Puisque ce ne fut pas le cas, elle a donc intenté une action en justice pour avoir "rompu sa promesse de mariage". Le tribunal l'a évidemment déboutée rapidement, lui conseillant de se documenter sur le "catfishing", cette technique qui consiste à usurper l'identité d'une autre personne sur Internet. En y regardant de plus près, Palwinder Kaur aurait aussi pu remarquer que l'homme qui jouait avec son coeur était un certain "Prince Harry Middleton", d'après les documents que se sont procurés le site Live.Law. Lequel précise encore que la jeune avocate, totalement désemparée (et furax) avait écrit au Prince Charles sur les réseaux sociaux et lancé une pétition. "La jeune femme était si aveuglée que la cour a dû tout lui expliquer pour lui donner un peu de clarté", a expliqué Amangurbir Singh Dhillon, avocat à la Haute Cour du Pendjab et de l'Haryana ou a été traitée cette incroyable affaire.