Invité dans le podcast “Armchair Expert” de Dax Shepard, le prince Harry est revenu sur son déménagement aux Etats-Unis aux côtés de son épouse, Meghan Markle, et sur la surmédiatisation qui a suivi. De ce fait, il a notamment abordé le premier amendement de la Constitution qui garantit la liberté d’expression et de la presse aux Etats-Unis. "Je ne veux pas commencer à m’engager sur le premier amendement, parce que c’est un gros sujet et que je ne le comprends pas, n’étant ici que depuis peu. Mais vous pouvez trouver une faille dans n’importe quoi. Vous pouvez capitaliser ou exploiter ce qui n’est pas dit plutôt que ce qui est dit. J’ai tellement de choses à dire sur le premier amendement. Je n’arrive toujours pas à le comprendre, mais c’est dingue”, a-t-il déclaré.

Des propos qui ont suscité une vague de réactions, notamment du côté des personnalités politiques. “Nous avons fait la guerre en 1776, donc nous n’avons pas à nous soucier de ce que vous dites ou pensez. Cela étant dit, vous avez choisi de vous réfugier ici et de prospérer grâce à tout ce que notre pays a à offrir, et l’une des plus grandes choses est le 1er amendement - montrez un peu de respect", s'est exclamé Meghan McCain, une commentatrice politique américaine. "Le fait que le prince Harry condamne le premier amendement des États-Unis montre qu’il a perdu la tête. Bientôt, il ne sera plus le bienvenu des deux côtés de l’océan", a de son côté fait savoir Nigel Farage, leader du Brexit.


Sean Hannity, journaliste star de Fox, est lui allé jusqu'à s'emporter. "Avant de nous quitter je voudrais adresser ce message à Harry qui attaque maintenant l'un des droits les plus sacrés de l'Amérique, la liberté d'expression. Harry nous n'avons vraiment pas besoin que vous veniez d'Angleterre pour nous donner des leçons sur le premier amendement. Et si vous ne pouvez pas comprendre l'importance de la liberté d'expression et de l'importance de principes qui régissent une constitution qui autorise le libre échange d'idées et d'opinions, ce qui fait de l'Amérique la plus grande nation de cette terre, peut-être est-il temps pour vous de déménager afin de trouver un lieu qui convienne mieux à vos idée", a-t-il notamment déclaré à l'antenne, n'hésitant pas à le traiter de "royal emmerdeur". 

De nombreux internautes ont également souligné le fait que le prince était plutôt mal placé pour donner son avis sur le sujet, puisque la Constitution américaine a vu le jour au terme de la guerre d’indépendance ayant opposée treize colonies américaines à la Grande-Bretagne. D'autres internautes ont également trouvé risible son besoin de garder sa vie privée intacte alors qu'il multiplie les confidences lors de ses nombreuses apparitions médiatiques.