Une protection qu'il souhaite payer de sa poche, afin que le contribuable britannique n'ait pas à le payer. Le duc de Sussex et son épouse Meghan Markle n'ont plus droit à la protection policière après avoir quitté la famille royale en 2020. Le couple vit en Californie avec ses enfants Archie et Lilibet. Mais le prince traverse tout de même régulièrement l'Atlantique pour se rendre au Royaume-Uni. Les choses avait notamment mal tourné lors de l'une de ses visites l'été dernier. Alors qu'il quittait un événement caritatif, sa voiture a été poursuivie par des paparazzis britanniques.

L'avocat de Harry précise qu'il veut continuer à se rendre dans son pays d'origine avec ses enfants, mais qu'actuellement "ce n'est pas possible pour lui et sa famille" car c'est trop dangereux. C'est pourquoi un recours a été déposé contre le refus du ministère de l'Intérieur d'accorder une protection policière qu'il paierait lui-même. Son équipe de sécurité privée affirme ne pas disposer d'une autorité suffisante à l'étranger, rapporte également la chaîne de télévision britannique BBC. L'appel a été lancé en septembre.

Le prince Harry a hérité d'un risque pour la sécurité de sa vie à la naissance. Il reste sixième sur le trône et il a servi dans deux campagnes de combat en Afghanistan. Ces dernières années, sa famille a fait l'objet de menaces néonazies et extrémistes avérées. 

Un porte-parole du gouvernement, quant à lui, a déclaré que les politiques de sécurité au Royaume-Uni étaient « rigoureuses et proportionnées ». Le porte-parole a refusé d'entrer dans les détails de cette sécurité et de la procédure judiciaire.