People

À 97 ans, il a renoncé à son permis de conduire après l’accident qu’il a provoqué en janvier.

À 97 ans, le prince Philip a finalement décidé de lever le pied… de la pédale d’accélérateur. Suite à l’accident dans lequel il a été impliqué mi-janvier et qui a fait un blessé, l’époux de la reine Élisabeth II a renoncé à son permis de conduire. Une décision mûrement réfléchie, a fait savoir Buckingham via un communiqué.

Il est vrai que cette collision dont il était le seul fautif a donné une bien piètre image de la famille royale britannique. Car s’il n’a pas été blessé lors du crash qu’il a provoqué, le duc d’Édimbourg s’est rapidement éclipsé sans présenter ses excuses à la victime. Une façon bien peu cavalière d’assumer ses actes. Une attitude qui, selon le service de communication du palais royal, était à mettre sur le compte de l’état de choc qui était celui du duc d’Édimbourg après l’incident.

Sauf que deux jours plus tard, ce dernier était photographié au volant d’une toute nouvelle voiture et… sans ceinture de sécurité ! Un geste qui, là non plus, n’était pas digne de l’exemple que l’on attend de la famille régnante et qui a valu au prince Philip d’être "sermonné" par la police locale chargée de lui rappeler les règles du Code de la route, comme elle le fait vis-à-vis de tout automobiliste pris en faute.

CE N’est un secret pour personne, le prince Philip a un caractère fougueux, ce qui par le passé lui a déjà valu un nombre certain de déboires à la suite des gaffes qu’il a provoquées. Désormais mis à pied - de son propre chef, dit-on -, il devrait se tenir à carreau. D’autant qu’il a renoncé à ses engagements officiels depuis 2017, après en avoir assuré 22 219 depuis 1952 et l’accession au trône de son épouse, la reine Élisabeth II. 97 ans, l’âge de la raison pour le duc d’Édimbourg ?