François Pirette, Thierry Van Cauberg de son vrai nom, n'a pas attendu longtemps, le lendemain (jour de Noël), pour répondre à l'attaque de Georges-Louis Bouchez sur son compte Facebook dans un post intitulé du "berger à la bergère". En précisant toutefois que "lorsqu’il me prend l’envie de m’exprimer à votre endroit, je ne le fais pas sur vos tribunes espérant ainsi profiter de votre audience, pour ma part, je reste modestement sur la mienne. Une question d’élégance sans doute. Mais vous êtes si jeune, il vous reste largement le temps d’apprendre les bonnes manières…"

"Vos méthodes et vos acharnements divers et incessants à vouloir exister coûte que coûte"

"Cher Monsieur Bouchez, vous me faites ce soir bien trop d’honneur", début ainsi l'humoriste dans un message cash public et officiel sur Facebook. Mais je suis rassuré autant qu’étonné que vous ne me contredisiez pas sur le fond. Quant à la forme, la différence est de taille avec vos méthodes et vos acharnements divers et incessants à vouloir exister coûte que coûte en fonction de la vitesse et de l’orientation des vents." Avant d'ajouter. "Parce que, contrairement à vous, pour ce qui me concerne, je ne critique pas une décision dont j’espère qu’elle tend à préserver la santé du plus grand nombre mais l’absence d’accompagnement pour qu’elle ne pénalise pas tout un secteur injustement.

"Tant que vous existez un peu sur Twitter le temps d’un buzz très éphémère"

"Pour rappel, vous, vous n’avez eu de cesse de saper la crédibilité de très difficiles arbitrages qui sont pourtant le fruit du travail d’une coalition dont les membres les plus éminents sont de la famille politique dont vous êtes le président", poursuit celui dont le show Mad In Belgium (sur la crise sanitaire) est diffusé chaque dimanche sur RTL-Tvi (chaîne qui rediffuse ce jeudi son SRAS et Paillettes également). "Et c’est là que se révèle votre mentalité populiste la plus décomplexée. Quitte à renier les vôtres, vous crachez à tout va et à tous vents, tant que vous existez un peu sur Twitter le temps d’un buzz très éphémère."

"Vous agacez bien plus dans vos rangs qu’ailleurs"

Et de conclure par ces mots. "Et ce n’est un secret pour personne que vous agacez bien plus dans vos rangs qu’ailleurs.Quant à moi, contrairement à vous, lorsque je m’inquiète des conséquences de décisions prises (dont une fois encore je ne conteste pas le fond) je ne désavoue personne de mes amis. Par ailleurs, lorsqu’il me prend l’envie de m’exprimer à votre endroit, je ne le fais pas sur vos tribunes espérant ainsi profiter de votre audience, pour ma part, je reste modestement sur la mienne. Une question d’élégance sans doute. Mais vous êtes si jeune, il vous reste largement le temps d’apprendre les bonnes manières… Bon Noël GLB. François Pirette."