Cela aurait dû être un moment de partage et de réjouissances avec la population monégasque mais les 10 ans de mariage du prince Albert et de la princesse Charlène ont pris une tournure inattendue en raison de l’état de santé préoccupant de la princesse.

Partie en Afrique du Sud en mai dans le cadre d’une campagne de promotion de la conservation des animaux en péril, la princesse a contracté une infection ORL. La Cour avait émis un premier communiqué pour expliquer que la princesse Charlène ne serait pas présente lors du Grand Prix de F1 du 23 mai en Principauté, un moment qu’elle ne rate jamais, fidèle soutien du pilote monégasque Charles Leclerc.

Début juin, de nouvelles photos montraient la princesse avec des traits tirés fêtant en Afrique du Sud l’anniversaire d’une de ses nièces. Le prince Albert et les jumeaux, le prince héréditaire Jacques et la princesse Gabriella ayant fait le voyage pour être auprès d’elle.

Puis à nouveau pendant plusieurs jours, apparitions successives du prince avec les enfants sans que l’on ne sache alors où se trouvait la princesse. À l’approche de la date anniversaire de leur mariage, la Cour a annoncé la diffusion d’une mini-série de 10 épisodes retraçant les cérémonies et réjouissances des 1er et 2 juillet 2011, le parcours personnel du couple princier, leur rencontre ainsi que leur vie de famille avec leurs enfants, diffusée sur les réseaux sociaux à partir du 1er juillet 2021. Un compte Instagram et une chaîne YouTube ont d’ailleurs été spécialement créés à ce dessein.

Un nouveau communiqué a clarifié la situation : la princesse est toujours en Afrique du Sud. Elle a subi différentes interventions ORL et n’est pas en mesure de pouvoir prendre un avion. Le prince Albert et les enfants la rejoindront prochainement. De son côté, Charlène de Monaco s’est exprimée via sa fondation, expliquant combien la situation était pénible d’être éloignée des siens.

Le parcours de Charlène Wittstock depuis le début de sa relation avec le prince jusqu’à 10 ans après leur union est clairement atypique. En l’an 2000, la championne sud-africaine de natation croise le chemin d’Albert de Monaco alors prince héréditaire lors d’une compétition en Principauté. En 2005 lors du décès du prince Rainier, elle adresse ses condoléances à Albert. Ils apparaissent ensemble publiquement aux Jeux olympiques d’hiver de Turin en 2006. Pendant 5 ans, Charlène va se faire une place auprès du prince souverain, l’accompagnant lors de grands événements à l’exception de la Fête nationale.

Le style de la jeune femme évolue aussi bien physiquement que dans le choix de ses tenues. Comme elle l’a souvent confié, le prince a été son point d’ancrage dans un pays qui n’était pas le sien et dont elle ne parlait pas la langue. S’intégrer à ce tourbillon de mondanités monégasques où on imagine aisément les coups bas et rivalités, n’a pas dû être chose aisée pour Charlène Wittstock.

On le voit encore aujourd’hui. La princesse est dans son élément lorsqu’elle est en contact avec la population : les personnes âgées, les enfants… pas lors des soirées de gala où toute la jet-set afflue.

Charlène de Monaco n’a pas le même profil que ses consœurs du Gotha qu’elle ne fréquente pour ainsi dire jamais, le prince effectuant la plupart du temps les déplacements en solitaire. Ici pas question de se fondre dans le moule classique des sorties axées sur les œuvres de bienfaisance.