FAIRFAX 14/04 (AFP)

Les avocats de Johnny Depp ont tenté mercredi de contredire la version d'Amber Heard qui affirme avoir été victime de violences conjugales de la part de son ex-mari un soir de mai 2016, quelques jours avant de demander le divorce. L'ancien couple s'accuse mutuellement de diffamation lors de ce procès à Fairfax, près de Washington, pour une tribune publiée dans le Washington Post en 2018.

Amber Heard s'y décrivait comme une "victime de violences conjugales" brimée par la société après être sortie du silence deux ans plus tôt.

Dans sa tribune, l'actrice âgée de 35 ans ne citait pas nommément Johnny Depp, 58 ans, qu'elle avait épousé en 2015. Mais elle évoquait les accusations de violences conjugales qu'elle avait portées contre son mari en 2016.

La soirée du 21 mai 2016 a été au centre des débats mercredi. Ce soir-là, Amber Heard affirme que l'acteur de "Pirates des Caraïbes" lui a jeté un téléphone portable à la figure, avant de s'en aller. Des policiers étaient intervenus dans la soirée mais n'avaient pas fait de rapport.

Quelques jours plus tard, elle était apparue devant le tribunal de Los Angeles, un hématome sur le visage, pour demander une ordonnance de protection à la justice et entamer une procédure de divorce.

Mais Isaac Baruch, un ami de longue date de Johnny Depp qui résidait dans l'immeuble du couple à Los Angeles, a déclaré à la barre n'avoir jamais vu de traces de violences.

Le lendemain des violences alléguées, il croise Amber Heard dans le couloir.

"Elle m'a dit +il m'a jeté un téléphone et m'a atteint+", a expliqué l'artiste, ami depuis 1980 de l'acteur qui payait son loyer et une partie de ses dépenses.

"J'ai regardé son front, le côté de son visage, sa joue, son cou, l'autre côté de son visage, et je ne vois rien", a-t-il continué, affirmant l'avoir embrassé sur la joue touchée sans qu'elle ne réagisse.

Le 23 mai, il la croise à nouveau et ne remarque aucune "rougeur, boursouflure, hématome, cicatrice", explique-t-il, avant d'affirmer l'avoir vu entrer dans son appartement avec une maquilleuse qui travaille pour le couple.

Il apprendra par la presse que quatre jours plus tard, la jeune actrice a demandé le divorce en voyant des photos d'elle "avec cette marque marron sur le visage", dit-il.

Et il assure que le 3 juin, Amber Heard lui a dit: "J'ai dit à Johnny que je ne voulais rien. Ce sont les avocats qui m'ont poussé à faire tout ça".

Lors de sa déposition, Isaac Baruch a dépeint une relation "d'amour" entre les époux et a assuré n'avoir "jamais vu ou été témoin" d'actes de violences physiques de son ami sur Amber Heard pendant les trois ans et demi qu'il a habité l'immeuble.

Les avocats de Johnny Depp affirment qu'Amber Heard a accusé son mari de violences pour se venger de lui après qu'il lui ait annoncé sa décision de divorcer ce soir-là.