Des regrets, sans pour autant s'excuser...

Il y a 10 mois, Kim Kardashian était victime d'un braquage très violent dans son hôtel à Paris. Outre le fait que les malfrats lui ont volé pour près de 9 millions d'euros de bijoux, la starlette n'arrive toujours pas à se remettre de ce terrible moment durant lequel elle était prise en otage. En mars dernier, elle confiait dans son émission L'incroyable famille Kardashian avoir cru ne jamais s'en sortir. La chaîne LCI a pu se procurer les déclarations des deux membres du gang "Les papy braqueurs" arrêtés.

Les deux hommes ont eu accès au témoignage de leur victime. "C'est dur ce qu'elle raconte, la manière dont elle l'a vécu", avoue Yunice, lors de son audition le 19 juin. "Des regrets, j'en ai, j'en ai eu dès cinq minutes après avoir quitté les lieux car je n'ai pas aimé la situation, le flottement, les hésitations, il y a eu toute une ambiance, un contexte qui ne m'a pas plu du tout. Avec le recul, je regrette amèrement mais je ne peux pas revenir en arrière (…) Si j’avais su qu’il y avait autant de monde à ce rendez-vous, je ne serais pas venu car, trop de monde, ça porte toujours la poisse", ajoute-t-il. Le braquage ne s'est visiblement pas déroulé comme il l'imaginait.

"L’affaire a pris des proportions qui n’étaient pas prévues", explique Aomar. Selon lui, il ne devait s'agir que de "bousculer quelqu’un et de repartir". Lorsque Kim Kardashian s'est mise à paniquer, "Je lui ai dit en français de se taire. Je lui ai dit 'chut' car l’autre (braqueur) s’énervait à côté. (…) Je lui ai dit de se taire pour calmer la situation car je ne n’étais plus à l’aise. Je voulais la rassurer. (…) J’ai même pensé à partir sans rien prendre", explique-t-il.

Des regrets, mais pas d'excuses

Si les deux hommes expriment leurs profonds regrets, ils ne présentent pas d'excuses pour autant. Et pas question non plus de dénoncer les présumés complices. "On est de grands garçons, on ne demande pas le nom des gens", déclare-t-il devant la juge d'instruction. Même situation du côté d'Aomar, présenté comme celui qui est l'instigateur du braquage, mais qui affirme avoir été recruté. "Il m'a montré des papiers avec des plans, des photos de Mme Kardashian avec une bague (...) C'est quelqu'un qui avait établi un dossier complet sur elle". Quant à révéler l'identité de cette fameuse personne : "Je ne veux pas le dire. Je ne voudrais pas que vous le retrouviez (...) Je ne veux pas revivre un calvaire, ni pour ma famille non plus".