Première révèle les exigences plus ou moins loufoques des vedettes de cinéma

PARIS L’attitude de Gérard Depardieu a manifestement énervé pas mal de monde, en France. Et comme les chiffres des entrées des films hexagonaux ne sont pas bons (moins 6 % en 2012), toutes les stars se retrouvent sur la sellette, principalement en raison de cachets jugés excessifs en temps de crise. Mais ce n’est pas tout. Le site du magazine Première en profite pour révéler quelques caprices de stars. Parfois assez cocasses. Mais jugez plutôt.

Isabelle Huppert  : elle réclame une suite dans un palace avec deux chambres mitoyennes pour son entourage, des billets d’avion pour qui elle veut et une voiture dont elle peut choisir la marque.

Vanessa Paradis  : par contrat, elle précise qu’elle ne se déplace qu’en première classe en avion, sur Air France, et à partir de Los Angeles. Son logement doit être un palace et elle désire disposer d’un monovolume aux vitres teintées. Son chauffeur, son coiffeur, son maquilleur, ses enfants et leur nourrice doivent tous bénéficier des mêmes avantages. Payés par la production.

Kad : plutôt généreux, il réclame un salaire de 2.500 euros mensuels net pour son chauffeur et sa maquilleuse.

Frank Dubosc  : sa belle-mère et son épouse l’ont accompagné aux Caraïbes pour Bienvenue à bord , avec frais de téléphone au tarif international pour toute la famille pris en charge par la production.

Gérard Depardieu : s’il accepte de travailler gratuitement sur certains tournages comme Mammuth , sur Michou d’Auber il a obtenu l’engagement d’une coiffeuse, d’une maquilleuse, d’un cascadeur et de son secrétaire personnel. Plus 300 euros de frais téléphoniques par mois.

Daniel Auteuil : lui aussi entouré de son coiffeur, son maquilleur et son secrétaire, il réclame 28.000 euros par jour de dépassement par rapport à ce qui est prévu dans le contrat.

Jean Dujardin : l’Oscar du meilleur acteur ne formule qu’une seule demande, que son salaire soit le plus élevé s’il est la vedette d’un film français. Plutôt logique, non ?

On le voit, il n’y a pas que des exigences artistiques.



© La Dernière Heure 2013