Mgr Daneels dialogue sur les relations entre la foi et la culture

BRUXELLES Confronté à six personnalités des mondes de l'économie, de la politique, de la science, de la communication, de la culture et de la religion, le cardinal Daneels dit à coeur ouvert ce qu'il pense sur chacun de ces sujets. " Il est dangereux pour un évêque, dit-il, de se livrer oralement donc de manière spontanée et souvent inachevée. On peut isoler deux ou trois lignes de mon propos et en conclure que je suis hérétique. Je refuse cependant, en tant qu'homme, de parler d'une manière dogmatique. Je ne me distancie pas du Pape. J'ai le droit de penser. Je parle comme moi-même, comme un croyant qui affronte les grands problèmes de notre culture"

Les rencontres qui ont donné naissance à ce livre datent déjà de trois années et, le cardinal le reconnaît lui-même, certaines choses ont beaucoup évolué depuis, notamment dans le domaine de la bioéthique, mais en ce qui concerne le dialogue entre l'Eglise et la société, entre la foi et la culture, l'essentiel demeure, c'est-à-dire la contribution à l'épanouissement de l'être humain et la nécessité de donner à la société une éthique. `L'homme, dit-il, est fondamentalement un animal moral et même religieux. Or nous constatons aujourd'hui qu'il devient de plus en plus individualiste. C'est très dangereux et on peut aller jusqu'à une situation conflictuelle, notamment dans nos relations avec les pays pauvres. Contre cela, il faut donc se battre, c'est une question de culture".

Nous reviendrons plus longuement dans une prochaine édition sur le fond du livre, mais disons que le cardinal s'exprime, comme d'habitude, avec beaucoup de simplicité, de tolérance mais aussi de conviction et de foi. `Je ne joue pas un personnage´, dit-il.

Franc parler. Cardinal Daneels. Editions Desclée de Brouwer.


© La Dernière Heure 2002