"Les gens sont devenus fous...," commencent ainsi Vincent et Bruno Taloche, qui avaient fait un discours lors des funérailles d'Annie Cordy à Cannes, sur leur page Facebook officielle. "Après une polémique concernant un tunnel portant ton nom ou certaines personnes n'ont même pas eu envie de respecter rien qu'un seul instant le choix de ton public (qui a voté en masse pour toi) ni celui de ta famille... voilà que maintenant on parle de "racisme" dans "chaud cacao"... Le monde est devenu dingue... on n'en revient pas."

"Tu étais la tolérance incarnée"

Les célèbres frères humoristes belges poursuivent par un témoignage poignant d'amitié envers la baronne. "Tous ces gens n'ont surement pas eu la chance de te connaitre, sinon il n'y aurait même pas eu le moindre début de polémique car tu étais la tolérance incarnée. Tu as été l'une de nos plus belles rencontres artistiques et surtout humaine. Ton indéfectible amitié tout au long de notre carrière, ton professionnalisme à toute épreuve, ton incroyable amour pour du public, ta passion de chaque seconde au fond de tes yeux." Avant d'ajouter: "Quelle leçon de vie tu nous as apporté, et quelles "tonnes" de bonheur tu as apporté aux gens."

"Non mais Hoooo ça va aller ?"

"Le public t'a toujours aimé à un point que tu n'imagines même pas", déclarent encore les Taloche. "Et il le prouve une fois encore en te défendant de toutes ces stupides et infâmes accusations. Je t'imagine là haut entrain d'engueuler ces colporteurs de bêtises avec ta sincérité légendaire. 'Non mais Hoooo ça va aller ?' On a besoin que tu veilles sur nous plus que j'aimais dans cette incroyable période que nous sommes entrain de traverser."

Des réseaux sociaux "pathétiques" alors qu'Annie leur a toujours demandé "de rester optimiste"

"Les gens deviennent parfois tellement intolérants sur les réseaux sociaux que cela devient pathétique et même de plus en plus inquiétant, conclut le duo. Tu nous a appris à apporter de la joie et de la bonne humeur aux gens, tu nous as toujours demandé de rester optimiste coûte que coûte... Aujourd'hui on t'avoue que c'est très difficile depuis que tu nous a quitté... mais promis on recommencera à chanter "ça ira mieux demain"."

Les Taloche terminent par un mot pour la nièce d'Annie Cordy, Michele Lebon. "On t'aime et on pense fort à toi. Vincent et Bruno."