Avant de rentrer au pays ce jeudi soir, les 30 finalistes ont mis leurs organismes à rude épreuve pour gagner à tout prix quelques prix.

Même s’il s’agit de trophées en chocolat (ces distinctions n’étant que rarement déterminantes pour l’élection finale du 9 janvier), on connaît désormais les noms de la Miss Brussels (Elisabeth Assaf, déjà Miss Bruxelles), la Miss Flandres (Leïla Noumair) et la Miss Wallonie (Camille Vanhiesbecq). Toutes trois élues, ici en Egypte, lors du Miss Belgium show - entre défilé commun, déhanché sexy pour les unes ou d’autres qui ont poussé la chansonnette -, les filles ne pouvaient pas cacher leur joie à l’issue de la soirée. "C’est trop chouette car à Miss Hainaut, j’ai terminé première dauphine, se réjouit Camille. Et ici, j’obtiens un titre encore plus haut. Pourquoi ne pas casser la malédiction des petites (elle mesure à peine 1,60 m) du coup ? Je vais tout faire pour être Miss Belgique en tout cas." Quant à Leïla, elle n’aurait "jamais cru obtenir ce titre de Miss Flandres. C’est un honneur pour moi." Pour Elisabeth Assaf, par contre, c’est - déjà - le doublé, même si la concurrence - seulement 4 filles comparées aux autres catégories - était moins rude. "Je suis contente de conserver mon titre de Miss Bruxelles", s’exclame celle qui n’a pourtant plus de voix à cause d’un coup de froid. "À Miss Bruxelles aussi, je n’en avais plus" , conclut la Miss Bruxelles qui parle notamment le libanais et le slovaque. "Je ne pense pas que cela va me porter préjudice pour l’élection finale car ce titre a été obtenu en vacances et ça ne change rien à la compétition." Une compétition assez rude ces derniers jours…

Entre indigestion, insolation et hyperventilation

De l’élection de la Beach Babe (défilé sexy en maillot de bain et hauts talons) à celle de la Miss Sport en passant par la Miss Quiz, la dernière journée fut physiquement intelligente. Pour des organismes mis parfois à rude épreuve alors que certaines souffraient déjà d’insolation (les journées tournent autour des 28-30 degrés pendant les heures de séances photos) ou d’indigestion (bienvenue en Egypte et ses conditions d’hygiène).

Il n’y avait donc pas que la tête qui tournait. Les filles donnant tout ce qu’elles ont dans le ventre - justement - Elisabeth est tombée dans les vapes suite à la course à pied et Emily Vanhoutte en a eu le souffle coupé lors de l’épreuve de natation. Restée trop longtemps sous l’eau, cette vice-championne du monde de danse disco a fait de l’hyperventilation.

Qu’à cela ne tienne, cette même Ostendaise fut récompensée du titre de Miss Quiz (joué sur le fil avec Ashley), l’épreuve sportive sur les connaissances du plat pays. Entre quelle est la superficie de la Belgique, combien y-a-t-il de boules dans l’Atomium ou encore qui a découvert l’imodium (de circonstances avec les indigestions), Emily rafle tout et sort ainsi la tête de l’eau. Si on ose dire…