Si les souverains espagnols recevaient à Madrid l’émir du Qatar en visite d’Etat, à Stockholm le roi Carl XVI Gustaf et la reine Silvia de Suède recevaient quant à eux le président de Finlande Sauli Niinistö et son épouse Jenni Haukio.

Cette visite intervient à un moment particulièrement délicat pour les deux pays frontaliers qui ont demandé l’adhésion à l’Otan et qui suivent avec grande attention la situation de la guerre en Ukraine.

Le roi de Suède est monté sur le trône en 1973 à la mort de son grand-père le roi Gustaf VI Adolph qui l’avait élevé, son père le prince Gustaf Adolf ayant perdu la vie dans un accident d’avion au Danemark lorsque Carl Gustaf n’avait que neuf mois. Aussitôt le parlement décida de restreindre les pouvoirs du jeune souverain. Les experts se montraient bien sceptiques quant à la durée de son règne avant que le pays ne devienne une république. Mais son union en 1976 avec Silvia Sommerlath de nationalité allemande, a permis de redorer le blason de la monarchie et de donner tout son lustre à la fonction royale bien que seulement protocolaire.

Comme à chaque visite d’Etat, les petits plats ont été mis dans les grands pour recevoir les hôtes. Les souverains ont accueilli le couple présidentiel avant de parcourir les rues du centre de Stockholm en landau pour se rendre au Palais royal où les attendaient la princesse héritière Victoria, le prince Daniel, le prince Carl Philip et la princesse Sofia pour un déjeuner.

Le soir, dîner de gala sous les lambris dorés de la galerie Karl XI du Palais royal. La reine Silvia, la princesse héritière Victoria et la princesse Sofia portaient toutes les trois de somptueux diadèmes du riche écrin de la famille royale.

Le menu servi aux convives était rédigé en français comme le veut l’étiquette de la Cour royale de Suède. Dans des assiettes provenant de différents services dont l’un remonte à 1850, furent successivement proposés à la dégustation des plats aux énoncés finement élaborés : maquereau braisé de la province de Bohusland, consommé glacé au concombre et groseilles, suivi par un confit de truites arc-en-ciel de l’archipel d’Aland avec asperges de l’île de Gotland, jus d’asperges au beurre et caviar de truite, puis un filet de veau à la Oscar II, langoustines de Fjallbacka, primeurs de printemps relevés à l’estragon et jus de veau à la truffe et en dessert de la rhubarbe forcée cuite à la vanille, avec mousse de rhubarbe, amandes, sorbet à la groseille étoilée et matricaire odorante.

Quelle est la préparation du veau à la Oscar II ? C’est un plat qui fut servi le 18 septembre 1897 au Grand Hôtel de Stockholm par le chef français Paul-Edmond Malaine en l’honneur du roi Oscar II de Suède (1829-1907) qui fêtait ses 25 ans de règne. Il s’agissait d’une association vau et homard avec une sauce Choron qui entourait la viande avec un cercle faisant référence à la lette O.