Après avoir plaidé coupable dans le dossier judiciaire de corruption pour faire entrer sa fille à l’université, Felicity Huffman a exprimé ses "profonds regrets" et sa "honte"

Sans vouloir tirer sur l’ambulance, on peut quand même douter de la sincérité de cette déclaration. Si elle ne s’était pas fait prendre, regretterait-elle d’avoir aidé sa fille ? Pas sûr du tout. Ses "profonds regrets", finalement, ne concerneraient-ils pas juste le malheur de s’être fait pincer plutôt que ses actes en eux-mêmes ?