L'actrice noire à l'affiche du remake de SOS Fantômes" s'est fait hacker son compte twitter, livrant des photos qui ont déclenché une avalanche de commentaires ignobles. Une attitude "misogynoir" de plus en plus présente aux Etats-Unis.


La semaine dernière, Leslie Jones a dû à nouveau affronter la haine et une méchanceté sans nom sur les réseaux sociaux. L'actrice noire qui joue dans le remake de « SOS Fantômes » a vu son compte hacké par des inconnus qui ont ensuite publié des photos personnelles et intimes. ce qui a ensuite déclenché une avalanche de propos épouvantables, racistes et diffamatoires.

Les hackeurs ont ainsi récupéré des photos personnelles de l'actrice, comédienne célèbre et très connue grâce à sa participation au Saturday Night Live, et n'ont pas hésité à les rendre publiques : photo de son passeport, de son permis de conduire ainsi que quelques photos d'elle nue.

Et ça n'est pas tout, ces personnes haineuses ont aussi publié, en page d'accueil du site de Leslie Jones, une vidéo en hommage à Harambe, un singe, devenu célèbre après avoir été assassiné dans un zoo de Cincinnati aux États-Unis...

Ces publications malveillantes ont été faites dans la nuit, et même si tout a été très rapidement retiré, il était trop tard : elles ont quand même fait le tour de la toile et les commentaires ont flambé.


Des soutiens de toutes parts

© Reporters

Leslie Jones avait déjà connu scénario comparable en juillet, ce qui avait poussé l'actrice bouleversée par ces commentaires navrants et diffamants (elle était comparée à un singe) à fermer son compte Twitter. Membre du mouvement Black Lives Matter, elle est très active dans la défense des droits des Noirs aux États-Unis.

Elle l'avait pourtant rouvert en août, pour les JO de Rio, voulant apporter son soutien à Gabby Douglas, athlète victime de méchantes moqueries à cause de ses cheveux et qui avait touché très fort la comédienne.


D'après certains journaux américains, ce sont des fans néo-conservateurs du "journaliste" Milo Yiannopoulos qui seraient à l'origine de ce scandale. Le commentateur pro-Trump avait été nommément désigné par Leslie Jones comme étant l'instigateur de la vague de haine la concernant. Il avait alors été banni de Twitter.

L'actrice a heureusement reçu aussi des centaines de manifestations de soutien, au travers du hashtag #IstandWithLeslie. Et notamment Katie Perry qui a partagé ce tweet auprès de ses 92 millions de fans, enjoignant à dénoncer les crimes « misogynoir ».