Loana sera à Fort Boyard ce samedi.

"Ça me fait rire et ça m’amuse, même 16 ans après, confie Loana au sujet de la fameuse scène de la piscine (où elle faisait l’amour) qui l’a rendue célèbre dans la 1ère édition de Loft Story. À l’époque, j’étais amoureuse de Jean-Edouard, j’étais une jeune fille et on n’a pas mesuré les conséquences de notre acte. Les caméras étaient miniatures, dans les coins du jardin, et ça aurait pu se faire dans un autre endroit. Quand on a eu ce coup de folie, c’était juste un geste d’amour. On n’a rien fait de mal et il n’y avait rien de pervers à ça." Loana, bientôt 40 ans, en joue même encore aujourd’hui dans une publicité aux côtés de Benjamin Castaldi. "Je n’ai jamais eu aucune nouvelle de Jean-Edouard par contre. Il a voulu tirer un trait après notre histoire. J’ai juste été un coup d’un soir pour lui. J’en ai pleuré pendant une semaine."

Et ensuite, ça a été la descente aux enfers entre drogue, alcool et une cure en hôpital psychiatrique pour dépression…

"Tomber dans les travers, c’est facile. Ce sont des mauvaises fréquentations. Puis, j’ai été déracinée de ma famille à 20 ans, je ne connaissais rien du monde de la télé, propulsée au rang de star, livrée à moi-même et sans suivi psychiatrique. On n’est pas préparé du tout à ça. J’ai bien assumé les premières années mais après, on part en cacahuète car on ne sait plus discerner le bien du mal, tout est tellement beau. J’ai finalement perdu pied, je suis tombée dans la drogue car quelqu’un m’y a mise. J’ai pris du poids suite à mes addictions de médicaments vu qu’on m’avait diagnostiqué le fait que j’étais bipolaire et schizophrène. Je me suis vue dans la glace alors je suis tombée dans l’alcool car ça permet d’oublier."

Jusqu’à la tentative de suicide… Comment en arrive-t-on là ?

"C’était très douloureux car ce n’était pas un appel au secours quand je les ai faites. J’ai vraiment fait deux arrêts cardiaques, trois jours et à trois reprises. Le dernier date de 2013, le jour de Noël et je me suis réveillée le 29. Je n’avais plus de raison de vivre, alors qu’on peut faire plein de belles choses. Parfois, j’ai l’impression de parler de quelqu’un d’autre quand je dis ça. Aujourd’hui, je ne peux plus boire d’alcool car mon corps le rejette, je vomis. Le déclic est venu quand je me suis vue dans la glace… Mais c’est quand on est au plus bas qu’on a envie de remonter. Même s’il m’a quand même fallu plus de 2 ans pour gravir ces échelons petit à petit."

Quelle a été votre formule miracle pour maigrir ?

"C’était avant tout un défi personnel. L’amour de mes proches m’a beaucoup aidée. Mais je me suis aussi fait opérer en Tunisie en novembre dernier. On m’a coupé un bout de l’estomac. J’avais 50 kg à perdre et je suis passée de 112 à 86 kg en 7 mois. J’aurais dû les perdre en moins de temps mais comme je n’avais pas d’objectifs, je suis déjà contente avec ça. À la veille de mes 40 ans, c’était un peu l’opération de la dernière chance. Je voulais faire quelque chose pour changer. Même si cela se stabilisait, je serai contente !"


"J’ai rencontré l’homme de ma vie"

"Phil Storm, c’est la cerise sur le gâteau, le feu d’artifice du 14 Juillet dans mon retour sur pied, confesse Loana, amoureuse comme jamais. Tous les matins, je me réveille avec le sourire, car il est le premier à m’envoyer des petits cœurs." Celle qui sortira le 14 février prochain un livre espoir sur ses déboires a rencontré le mannequin de 38 ans au détour d’une soirée. "J’avais dû refuser une soirée caritative où il m’avait invitée, mais on a conversé par textos durant des mois", raconte celle qui l’appelle "mon chaton", avec des étoiles plein les yeux. "Ça été le coup de foudre immédiat. Encore plus beau que dans mes rêves. Il est mon amour, mon confident, c’est mon tout. On ne fait pas de plan sur la comète, pas de mariage, car on a tous les deux beaucoup soufferts. On profite du moment présent. On rigole comme des enfants de 16 ans, on va au cinéma et on mange de la barbe à papa (sourire) ! C’est aussi pour lui que j’ai eu envie de retrouver ma silhouette d’antan, d’être féminine dans les yeux de l’homme que j’aime."