Cela fait dix ans que ça dure. Dix longues années durant lesquelles Mallaury Nataf, ex-star du "Miel et les abeilles", vit dans la rue. Et que l'on ne peut rien y faire. Medhi, ancien candidat de l'émission "Pekin Express" a tenté de l'aider, récemment, après l'avoir retrouvée sur un trottoir du 1er arrondissement de Paris. Mais l'actrice n'a rien voulu savoir. Dans un première vidéo qu'il a postée, le jeune homme explique: "S'il vous plaît les amis, je lance un appel parce que j'ai vraiment besoin de vous. Si quelqu'un peut venir lui parler. Je vais la sortir de la rue. Ça fait trois mois que je la cherche, maintenant, je l'ai trouvée."

Une deuxième vidéo, dévoilée dans "Touche pas à mon poste", va plus loin et explique la décrépitude de la comédienne. Des policiers lui demandent comment elle se sent. Elle répond: "Non, je n'ai mal nulle part. J'ai un peu mal à la tête à cause du monsieur, mais à part ça, ça va très bien."

Visiblement ému, Medhi explique encore: "Je me suis présenté à elle. Elle a commencé à s'énerver, des insultes qui partent dans tous les sens, je ne sais pas pourquoi. En sachant qu'elle avait un appartement où se loger, se laver, recommencer une nouvelle vie. Elle était avec quatre femmes. D'un seul coup, elle a pété les plombs et elle est retournée à la rue". Et il ajoute : "Ce n'est pas qu'elle ne veut pas d'aide, c'est qu'elle a tout perdu. On lui a enlevé ses enfants, psychologiquement, elle n'est vraiment pas bien. Elle a besoin d'un suivi urgent."


Matthieu Delormeau a, de son côté, également tenté d'aider Mallaury Nataf. En vain. "Elle a dit qu'elle voulait rester dans la rue. Je lui avais même proposé un peu d'argent, elle ne voulait pas. Je ne comprenais plus rien de ce qu'elle disait, elle partait dans tous les sens. C'était très triste", explique-t-il.

Enfin, Valérie Benaïm, elle aussi touchée par le sort de l'actrice, a eu ces mots terribles: "C'est toujours terrible de voir quelqu'un qui se retrouve à la rue et qui visiblement vit des moments extrêmement compliqués (...) C'est la déchéance d'une femme qui se retrouve à la rue et qui ne saisit pas non plus les mains tendues mais on ne peut pas aider les gens contre leur gré. Quand ils ne veulent plus, quand ils lâchent prise et ça fend le coeur."