Marie Magrino, dirigeante de l’association qui a aidé l’ex vedette de TF1, exprime les plus vives inquiétudes à son égard….

PARIS Ce n’es pas neuf, Mallaury Nataf ne va pas bien. Mais alors pas bien du tout. L’ex-chouchoute du PAF du milieu des années 90, à l’aune de la sitcom mania, avait d’abord refait parler d’elle à l’hiver dernier dans les médias. Elle y racontait sa descente aux enfers, ses malheurs de SDF, sa privation de la garde de ses trois enfants (Rafaël, Angeline et Shiloh), qui lui avaient été retirés par les services de l’Aide sociale à l’enfance (ASE).

Régulièrement apparue dans les médias depuis, l’ex-égérie du Miel et les abeilles ne semble toutefois pas avoir toutes les nombreuses perches lancées par les diverses associations à son égard depuis février… Elle a été découverte, comme nous vous le relations cette semaine, errante dans une rue parisienne avec son plus jeune fils, Shiloh, 3 ans, dimanche dernier.

Après avoir été conduite au poste de police, le parquet a décidé d’un placement de l’enfant au centre d’accueil d’urgence Saint-Vincent-de-Paul.

L’histoire ne s’arrête malheureusement pas là… Connue des services sociaux pour délaissement d’enfant depuis 2010, Mallaury Nataf susciterait la plus vive inquiétude de ses proches, relatait hier le site de Jean-Marc Morandini. Ils craignent que Mallaury, qui a refusé de l’aide sciale qu’on lui proposait et est retournée à la rue, tente un geste désepspéré…

C’est que plus personne n’a de nouvelle de l’ex-vedette. Marie Magrino, qui dirige l’association qui était venue en aide à la jeune femme lâche, dans Closer , que la semaine dernière, Abraham, compagnon de Mallaury, aurait été hospitalisé suite à un accident vasculaire cérébral. Il semble que leur couple avait du plomb dans l’aile.

D’ailleurs contacté sur son lit d’hôpital, ledit conjoint aurait déclaré, radical : “Je n’ai aucune nouvelle de Mallaury, et je ne veux pas en avoir. Je suis hospitalisé et je n’ai pas besoin de ça en ce moment.”

Et Marie Magrino de lancer un appel : “Mallaury Nataf n’a pas un centime sur elle. Ses droits à la Caisse d’Allocations Familiales sont coupés. Elle est dans la rue, perdue et à bout de forces. […] Il y a un risque qu’elle lâche prise et qu’elle décide d’en finir…”



© La Dernière Heure 2012