Et son père, le prince Paul, serait le prince héritier et elle (si la loi salique avait été abrogée) l’héritière en second. Mais avec des “si”…

Maria Olympia est née à New York. Un an plus tôt en juillet 1995, le mariage de ses parents, le prince Paul de Grèce et Marie Chantal Miller, fille d’un multimilliardaire américain roi du duty free dans les aéroports, avait rassemblé tout le Gotha à Londres y compris la reine Elizabeth II et le prince Charles qui ont toujours été proches aussi bien en liens familiaux qu’amicaux avec la famille royale de Grèce.

Le baptême de la princesse se déroula à Istanbul. Elle a reçu pour parrains et marraines ses tantes la princesse Alexia de Grèce et Pia Getty, le prince de Galles et le prince Michel de Grèce. Aînée d’une fratrie de cinq (4 garçons), la princesse a une généalogie à donner le tournis : petite-fille du roi Constantin de Grèce et petite-nièce de la reine Margrethe de Danemark et de la reine Sophie d’Espagne.

Maria Olympia a grandi à New York puis à Londres. Elle incarne cette nouvelle génération de princes appartenant à une famille royale non régnant mais connectés à des familles royales régnantes, sachant bien qu’un espoir de restauration monarchique n’est qu’un mirage et qui parvient parfaitement à concilier le meilleur de cette position pour se faire une place tant sur la scène du Gotha que dans la vie professionnelle.

Diplômée de l’Université de New York en Fashion business et Marketing, Maria Olympia baigne dans le monde de la mode depuis son enfance. Sa mère est une amie intime du couturier Valentino et sa cousine la princesse Talita von Fürstenberg est la petite-fille de la styliste belge Diane von Fürstenberg.

Rapidement, la princesse qui retourne chaque été passer des vacances auprès de ses grands-parents en Grèce, est repérée par des marques de luxe. À l’instar d’autres jeunes femmes, Maria Olympia a défilé pour les créateurs italiens Dolce&Gabbana et pour la marque Saks Potts en 2019 à Copenhague.

On ne compte plus les Une de magazines comme Vogue, Tatler, Hola ou Town&Country où elle a posé. Ces dernières années, elle a prêté son image à Dolce&Gabbana mais aussi à Pretty Ballerinas. Son panel s’est étoffé récemment avec les sacs Loro Piana, le parfum “Bulgari Allegra”, le joaillier Chaumet et enfin le sac relooké “Capucines” de Louis Vuitton dont elle est l’égérie.

Malgré ses contrats publicitaires, la princesse reste fondamentalement assez secrète et n’a jamais fait parler d’elle pour des frasques ou scandales. Elle préserve d’ailleurs bien jalousement sa vie privée. Si la presse britannique avait vu en son temps une candidate parfaite pour le prince Harry, Maria Olympia de Grèce file le parfait amour depuis plus d’un an avec Peregrine Pearson (27 ans), qui travaille dans l’immobilier à Londres. Il est le fils du 4e vicomte Cowdray. La famille considérée comme l’une des 100 les plus fortunées de Grande-Bretagne, possède Cowdray House dans le Sussex.