Quinze ans après avoir participé à la Star Academy, Mario Barravecchia est devenu un véritable homme d’affaires.

Nombreux sont ceux qui se souviennent encore, aujourd’hui, après quinze ans, de la première Star Academy. Plus que les autres versions, celle-ci a marqué l’esprit des téléspectateurs, par son caractère novateur mais également par ses candidats attachants. Parmi eux, on se souvient évidemment de notre compatriote Mario Barravecchia, qui est passé à deux doigts de la victoire face à Jenifer, grande gagnante de cette première saison.

Si la chanteuse originaire de Nice est aujourd’hui devenue une star, Mario Barravecchia, quant à lui, a décidé de mettre la chanson de côté pour se consacrer à sa famille - il a trois enfants de 12, 5 et 1 an -, très chère à ses yeux, à son club La Villa Messner mais également au Welcome Magazine, un guide de tourisme prestige - distribué en France et bientôt à Bruxelles et à Marrakech - qu’il a créé il a six ans. Un véritable homme d’affaires ! "J’ai imaginé et conçu ce magazine lorsque j’ai décidé de faire un break dans la musique et mettre ma carrière d’artiste entre parenthèses. Avec la crise du disque, il était difficile de continuer dans la musique dans de bonnes conditions. Je pouvais continuer en acceptant des propositions qui ne me ressemblaient pas et donc me mentir à moi-même, ou alors arrêter et développer des choses qui me plaisent comme ce magazine. J’ai donc fait un choix et je ne regrette pas. C’est vraiment devenu une passion", explique Mario Barravecchia qui écrit pour la rubrique Découverte des villes européennes et du monde, et interviewe des personnalités qui lui tiennent à cœur. "Il y a 10 ou 15 ans, je n’aurais jamais imaginé m’occuper d’un magazine. Je me revois encore partir pour Paris en 1999 avec une valise et 30.000 francs à l’époque. Je n’avais qu’une seule chose en tête: chanter et faire carrière dans la musique…"

Vous comptez toutefois revenir à la chanson un jour ?

"Je suis chanteur, j’ai toujours été chanteur depuis l’âge de 11 ans. J’aimerais refaire de la scène et un album, mais ce n’est pas ma priorité aujourd’hui. Mais je peux vous dire que je referais un album, j’y pense chaque jour, mais il y a un moment pour tout…"

Pouvez-vous dire que la Star Ac’ a réellement changé votre vie ?

"Clairement ! Il s’agissait de la première émission de reality-show de l’histoire en France. Une émission diffusée sur une grande chaîne en prime-time avec des records d’audience incroyables ! Pour un jeune chanteur comme moi, c’était juste un rêve ! C’est une aventure exceptionnelle qui restera gravée à tout jamais. Mon parcours aurait certainement été différent si je n’étais pas passé par la case Star Ac’. Je pense, par contre, que gagner l’aventure n’aurait pas vraiment changé les choses pour moi. Aujourd’hui, je n’ai plus envie de me dire s’il y a eu de la triche ou pas. Je sais que les Belges ont voté en masse et que leurs votes n’ont pas été comptabilisés, mais ce n’est pas grave…"

© DR

On vous reconnaît encore en rue ?

"Oui, c’est incroyable car les gens se rappellent de certains détails que, moi-même, j’avais oubliés…"

Vous revoyez certains de vos anciens camarades de la Star ac’ ?

"Même si je garde de très bonnes relations avec certains, je ne les vois pas trop. Le seul véritable ami qui a toujours été là et qui est encore là, c’est Nikos, qui reste simple et humble malgré sa notoriété. On se ressemble beaucoup lui et moi… En ce qui concerne Jenifer, j’ai coupé les ponts avec elle en 2006-2007. Aujourd’hui, je n’ai aucune amertume ou haine envers elle. Je suis très content de son parcours. On a grandi, le passé est le passé."

Il parait que vous auriez refusé de participer aux Anges de la téléréalité…

"Exact ! On m’a proposé les Anges il y a 3 ou 4 ans… J’ai refusé car cela ne me ressemble pas. Je trouve que la télé a changé et qu’il n’y a plus de sens. La plupart de ces émissions ne servent à rien et se ressemblent toutes. Cette nouvelle télé-réalité est vulgaire et n’est pas bonne pour nos jeunes ados. Rien à voir avec la Star Ac ’ qui mettait en lumière de jeunes talents, et offrait aux téléspectateurs un show époustouflant tous les samedis soirs. Aujourd’hui, la seule émission qui est intéressante, selon moi, c’est The Voice !"

Aimeriez-vous devenir un jour coach dans The Voice ?

"Si on me le demande, pourquoi pas ! C’est une expérience qui pourrait être très enrichissante pour moi."

J’ai pu lire que vous vous intéressiez à la politique ? Est-ce une rumeur ou est-ce le cas ?

"Vous savez, en sortant de la Star Ac’, plusieurs personnalités politiques belges m’ont proposé de les rejoindre et faire de la politique. En fait, ils étaient surtout intéressés par le Mario "Star" de l’époque qui chantait devant des dizaines de milliers de personnes et qui passait chaque semaine à la télé… J’ai donc refusé, car la politique, ce n’est pas du show-business; la politique, c’est s’occuper du peuple et faire en sorte qu’il soit en sécurité et que sa vie soit meilleure ! Par contre, depuis quelques années, il est vrai que je m’y intéresse sérieusement. Je n’ai pas encore franchi le pas, mais je pense que ce sera pour bientôt. Si un jour, je décide de faire de la politique, c’est parce que j’ai peur pour l’avenir de nos enfants. Je ne veux pas qu’ils se retrouvent, dans 20 ans, prisonniers d’un monde dominé par la terreur !"

Qu’est-ce qui vous motive à vous lancer dans la politique ?

"Je suis bouleversé de voir ces hommes politiques se comporter comme dans une émission de télé-réalité ! Je crois que nos dirigeants ont oublié le sens de leur fonction. Que ce soit en Belgique, en France ou ailleurs en Europe, tout va très mal ! La faute à des gouvernements trop laxistes, à des politiciens qui ne pensent qu’à leur mandat, à leur réélection… et oublient l’essentiel, le pourquoi ils sont là ! Nous devons reconquérir notre liberté qui peu à peu est en train de disparaître. Il faut agir et vite !"