People

Une relation toxique qui lui a fait perdre énormément de poids… et de confiance en elle.


C'est dans une autobiographie que l'ancienne tenniswoman Marion Bartoli a décidé de se confier. Dans « Renaître », qui paraît aujourd'hui, elle revient sur son impressionnante perte de poids. Elle n'était pas due à un virus comme elle l'a longtemps affirmé, mais à l'emprise d'un pervers narcissique durant des années.

Des petites remarques... à une grave perte de poids

Cet homme – elle le nomme « D » dans son ouvrage – lui fait sans cesse des remarques sur son poids et la fait culpabiliser dès qu'il le peut. « En signe d'affection, il me pince la peau du ventre chaque matin. Enfin la peau... la graisse (…). Je n’en peux plus d’entendre toute la journée : ‘tu es grosse, tu as du gras sur le ventre' », se souvient l'athlète qui entame donc un régime drastique pour le satisfaire dès 2015. « J’ai bien gagné Wimbledon, je peux devenir une brindille », pense-t-elle alors. Elle se prive, elle fait du sport sans répit, et finit par perdre 30 kilos en douze mois. 

De g. à dr. : Marion Bartoli en 2014 et en 2016.
De g. à dr. : Marion Bartoli en 2014 et en 2016. © REPORTERS

"Ce n'était pas de l'amour"

Marion Bartoli ne pèse plus que 41 kilos et sa santé aussi bien physique que mentale est en danger. Toutefois, elle finit par trouver le courage de quitter « D ». « Ce n’était pas de l’amour. Quand je l’ai quitté, il ne me manquait pas. Aujourd’hui, je suis avec un homme que j’aime vraiment, qui me manque quand je ne suis pas avec lui ». La jeune femme de 34 ans adresse également un message à celles et ceux qui se retrouveraient un jour dans la même situation : « il faut fuir pour se sauver ».