Entre le couple et la famille royale, le divorce est bel et bien consommé.

"Le bain de sang du Megxit." C'est ainsi que la presse britannique qualifie le dernier fait d'armes de Meghan et Harry. Les Sussex, dont les yeux seraient déjà rivés vers Los Angeles (et Hollywood), viennent en effet de mettre Buckingham Palace sens dessus dessous. L'ensemble de leur staff, soit 15 personnes, a été licencié du jour au lendemain. De quoi prouver toute leur détermination à tourner la page pour de bon.

Une situation "éprouvante"

Mais dans les couloirs du Palais, les dents grincent. C'est que certains membres de leur équipe travaillaient pour Harry depuis des années. On pense notamment à Clara Loughran qui était en charge de coordonner les programmes du fils du Diana. Elle était si proche du Prince que c'est elle qui a remis le bouquet à Meghan lors de leur Royal Wedding en mai 2018. Une époque révolue. "Je ne pense pas que cela surprendra quiconque que ces circonstances aient été incroyablement éprouvantes pour leur équipe, qui a connu des moments très difficiles ces derniers temps. Ce sont tous de bonnes personnes, très fidèles et brillantes dans leur travail, et tout le monde ressent beaucoup de peine pour eux", a confié un proche de la famille royal au Daily Mail. Selon le tabloïd, le Duc et la Duchesse souhaiteraient s'entourer d'agents et de communicants basés... aux États-Unis. Harry, lui, serait déjà en pourparlers avec Goldman Sachs pour un juteux contrat.