People

Dans une puissante tribune, l’actrice américaine se confie sur les pressions qu’elle a subies pour avoir accusé Johnny Deep de violences conjugales.


Il y a plus de deux ans, Amber Heard divorçait de Johnny Deep. L'actrice américaine déclarait avoir été victime de violences conjugales de la part de son désormais ex-mari.

Depuis cet épisode, Amber Heard est devenue un visage de la lutte contre les violences faites aux femmes comme elle l’explique dans sa tribune écrite dans le Washington Post cette semaine : « Il y a deux ans, je suis devenue une personnalité publique sur la question des violences conjugales et j'ai senti à cette occasion s'exprimer toute la force de la colère de notre culture à l'égard des femmes… ».


Dans son texte, Amber Heard revient sur les difficiles épreuves qu’elle a traversées après son divorce. Pour avoir dénoncé des violences conjugales, elle explique avoir été menacée de mort à de nombreuses reprises.

« J'écris en tant que femme qui a été obligée de changer de numéro de téléphone chaque semaine parce que je recevais des menaces de mort. Pendant des mois, je n'ai quitté que rarement mon appartement et, quand je le faisais, j'étais poursuivie par des caméras drones et par des photographes à pied, à moto ou en voiture. »

Des menaces de mort mais pas seulement. Amber Heard s’est vue retirer le rôle dans un film auquel “elle était très attachée”. Une marque de prêt-à-porter a décidé de ne plus la compter parmi ses égéries alors qu’elle était en contrat depuis deux ans.

Après deux années difficiles, l’actrice de 32 ans remonte la pente et poursuit son combat pour que les victimes de violences conjugales soient davantage protégées par la loi “Je veux m'assurer que les femmes qui viennent parler de violences reçoivent plus de soutien”.