People L’impératrice a toujours donné l’image d’une femme d’une grande fragilité.

La très hermétique Agence impériale (équivalent d’un Maréchalat de la Cour) a officiellement communiqué sur l’état de santé de l’impératrice émérite Michiko du Japon âgée de 84 ans.

En juin dernier, il avait été annoncé que la mère de l’actuel empereur Naruhito souffrait d’un risque d’insuffisance cardiaque élevé mais à présent les nouvelles sont plus inquiétantes. Un cancer du sein à un stade primaire lui a été diagnostiqué lors d’un contrôle médical au début du mois d’août. Il est précisé que l’impératrice devra subir sous peu une intervention chirurgicale.

L’impératrice Michiko a toujours donné l’image d’une femme d’une grande fragilité mêlée à une grande douceur mais sa place a toujours été centrale dans la vie de la famille impériale. Elle forme un couple très complice et uni avec son époux Akihito depuis leur mariage en 1959.

Bien qu’issue de la haute bourgeoisie, Michiko Shoda n’était pas de rang princier et il fallut - à cette époque - toute la persuasion d’Akihito auprès de son père l’empereur Hirohito pour que le mariage puisse avoir lieu. Trois enfants sont nés de cette union, et élevés par leurs parents et non pas par des précepteurs.

ayant souffert du poids du lourd protocole du Palais impérial ce qui lui provoqua même la perte de la parole pendant quelques semaines, Michiko du Japon s’était émancipée ces dernières années, imposant ses choix quand elle l’estimait opportun.

C’est ainsi qu’elle assista seule - l’empereur était alors souffrant du cœur - aux funérailles de sa grande amie la reine Fabiola à Bruxelles, n’hésitant pas à braver le protocole et le décalage horaire malgré son âge pour ce dernier adieu.

Lors de son abdication en avril dernier, Akihito du Japon n’a pas manqué de souligner l’importance capitale de son épouse dans sa vie. Le couple partage la passion de la musique, des promenades et de la photographie.

Ils ont passé des vacances en juillet à la villa impériale de Nasu, affichant comme toujours leur belle complicité.

Au vu de leurs âges, c’est aussi l’envie de passer du temps ensemble entièrement dédié à leurs loisirs qui avait motivé l’empereur à bousculer la tradition et demander de pouvoir abdiquer.