People

Aujourd’hui, Elise Schneidesch, SMS MB 18 au 6665 (1 €/SMS).

Originaire de Loverval, Élise est toujours étudiante à 25 ans. La jolie brune poursuivant un master en sciences économiques, après avoir fait un an aux USA mais aussi deux ans de médecine vétérinaire. "Comme beaucoup de gens dans ma famille, d’ailleurs, précise-t-elle. Je veux un maximum de diplômes pour m’ouvrir un maximum de portes." À l’image de son inscription à Miss Belgique. "Une bonne expérience de plus, tant que cela ne met pas à mal mes études. Pour me faire des contacts marketing aussi, car j’adore questionner l’envers du décor, savoir comment fonctionne le design des vêtements ou des bijoux et pour avoir de belles photos de profil Facebook (sourires). Même si on nous photo-shop tellement, parfois, qu’on ne nous reconnaît même pas."

Même si elle ne croit pas en ses chances, Élise est une fille qui a du caractère, c’est le moins qu’on puisse écrire. "Je sais clairement que je ne gagnerai pas, alors j’en profite. Mais même si je n’étais pas prête à supporter mentalement les Miss, faute de patience et de confiance en moi il y a 3 ans, j’ai toujours regretté de ne pas avoir participé, à cause de mes plaquettes dentaires."

Hobbys ? Aquagym, natation, équitation.

Qualité ? "Très gentille, généreuse et… sensible (sourire ironique) ."

Défaut ? "Souvent trop spontanée et trop franche. Quand on ne me connaît pas, les gens peuvent alors y voir une fille avec trop de personnalité, trop entreprenante voire méchante alors que c’est juste une carapace."

Complexe ? "Je devrais perdre 2, 3 kilos. Mais je mange trop de frites tout le temps (sourires) . 5 fois par semaine, parfois même 2 fois par jour !"

Une bonne Miss Belgique, selon elle ? "La maturité, l’intégrité et le fait d’être instruite sont les maîtres mots pour moi. Être belle aussi, mais ça coule de source pour un concours de beauté. Bref, si je n’avais pas mangé autant de frites, je pourrais peut-être devenir Miss Belgique (rires)."

© DR