Ambiance de mis(s)ère après le scandale pharaonique de la miss (ter) cash?

"Si elle ne se sent pas à sa place ici, nous confiait, avant-hier, la présidente du Comité (après une Miss au point avec la candidate qui a balancé sur le concours), elle peut partir, pas de soucis." Et les 29 autres finalistes de s’interroger : "Pourquoi ne fait-elle pas ses valises ?"

Après Ce coup de tonnerre dans le ciel égyptien (toute la presse francophone - y compris Le Figaro - ou néerlandophone ayant relayé notre info, révélant même parfois son identité et sa photo), les miss ne sont plus d’humeur à rigoler. "Je ne veux plus poser en maillot à côté d’elle, entend-on. La seule chose qu’on a en commun maintenant, c’est notre nationalité."

Entre ragots, tensions et pression, la fin de semaine semble compliquée pour la miss. Ramenée à l’ordre lorsqu’elle s’approche des journalistes et se retrouve bien seule au moment de passer à table… Même si elle a confié à nos confrères qu’elle aurait toutefois passé une bonne nuit et que "ruminer toute cette histoire seule dans son lit lui aurait fait du bien", elle semble toutefois bel et bien avoir gâché ses chances. Alors qu’elle faisait partie des favorites, contrairement à ce qu’elle pensait.

Les réactions d’ex-candidates fusent sur les réseaux sociaux depuis cette révélation au parfum de nouveau scandale pour Miss Belgique. Soit pour la clasher à son tour (Ana Caliskan, Miss Hainaut 2014, en tête : "Elle ne fait que parler d’elle et salir le concours pour une pseudo-notoriété") mais aussi pour la soutenir. "Le Comité m’a fait croire jusqu’au bout et avec forte insistance que j’avais le profil qu’il voulait, nous écrit, en retour, une ancienne candidate aux élections du Brabant flamand. Mais à partir du moment où vous n’apportez ni argent ou ne faites pas ce qu’il vous demande, car il a beaucoup d’exigences, il vous éjecte du concours. La gagnante avait d’ailleurs déboursé plus de 1.000 euros uniquement pour la soirée de gala. Cette polémique a donc bien lieu d’être."

En larmes et déboussolée suite à tout ce remue-ménage, la miss ne plie pas bagage et poursuit tant bien que mal les activités. En gardant même son humour envers le "bourreau" que nous avons été pour elle, en publiant ses dires dans la presse. "Un homme m’avait déjà fait pleurer mais jamais sans me toucher !"