Préférée depuis le début, la Miss Anvers Annelies Törös remporte la couronne.

"Cette élection devient tellement flamingante qu’ils vont élire la miss de Bart (De Wever, NdlR), Miss Anvers, lance un spectateur à son camarade de droite, juste avant la cérémonie - aux allures de kermesse de village (cf. dh.be) - où le glamour en prend parfois pour son grade.

"Une vraie surprise", nous affirme pourtant la jeune fille de 19 ans, en conférence de presse, au lendemain de son couronnement, samedi soir en direct sur AB3 (et Ment Tv en Flandre qui, selon nos confrères néerlandophones, attire à peine 4.000 téléspectateurs pour ce show). Très peu loquace (ni lucide) au sujet de son élection, Annelies Törös confesse toutefois son "sentiment incroyable" au moment d’entendre son nom pour la plus haute marche du podium. "Un rêve comme je l’avais rêvé." Si sa famille hongroise est venue depuis Budapest pour la soutenir, cette étudiante en communication se dit "impatiente" de jouer son rôle de Miss Belgique pendant un an. "Car c’est un bon stage Miss Belgique quand on fait ce genre d’études, sourit celle qui a passé sa soirée à faire des photos devant ses sponsors. Le titre va m’apporter plein de bonnes choses comme modèle vu que j’aimerais poursuivre dans le mannequinat. Ce sera une année que je n’oublierai jamais !"

Mascara (de) en coulisses

Si très peu de gens contredisent la beauté de la Miss Belgique 2015 ("elle a le physique parfait de Miss, une jolie poupée", Annelies nous assure d’ailleurs qu’elle ne fera jamais de chirurgie esthétique), ça balance en coulisses ("Niveau caractère et personnalité, ce n’est pas trop ça. Elle n’est pas très ouverte, juste belle et tais-toi comme le comité affectionne") et surtout les coulisses du concours. "On mettait toujours les mêmes en avant aux répétitions, entend-on. On savait depuis deux mois que ce serait Annelies. Si ce n’était pas Annelies, certains sponsors menaçaient de ne plus soutenir Miss Belgique à l’avenir."

Dans un jury (auquel, selon nos sources, le comité pointait du doigt Annelies avant le début du direct) essentiellement composé d’amis de la présidente du comité Miss Belgique - du photographe officiel aux ex-Miss Belgique en passant par Barbara Gandolfi, ex-présentatrice sur Star TV, qui diffusait l’élection auparavant -, l’issue des votes ne semble plus un secret pour personne depuis des années entre les 30 % de la présidente, ceux du jury et le reste pour le public (faites le calcul). "Huit filles pouvaient gagner pour moi cette année, se défend Darline Devos qui se réjouissait déjà d’avoir entre 300 et 400 filles inscrites pour la cuvée 2016. Je ne sais pas pour qui les gens votent. Et je ne vote pas pour eux."

Bref, entre les pleurs d’Amélie ("Je suis élue Miss Wallonie et je ne suis même pas dans les 12 dernières !"), d’Aurélie et la zen attitude des candidates avant le direct télé (qui cautionne l’idée d’une élection déjà jouée d’avance, juste là pour remplir leur contrat), Malissia est finalement la seule francophone à finir dans le top 6. "Et comme je suis bilingue, nous susurre cette miss Brabant wallon, c’est comme si ça faisait 5, 5 Flamandes (sourires) !"

"Pas dans le top 3 car je suis maghrébine"

Nouveau scandale au pays des Miss. "Ils m’ont pas mise dans le Top 3 car je suis d’origine maghrébine et que j’ai été victime de l’histoire de Charlie. Voici la raison#Racisme", peut-on lire, ce dimanche sur le compte Facebook de Kawtar, l’une des 30 finalistes au concours Miss Belgique 2015. Après les polémiques - toutes démenties par la présidente Darline Devos - de dessous-de-table (révélées dans La Dernière Heure lors du voyage préparatoire en Égypte, cr. dh.be) pour gravir les étapes de l’élection, de concours truqué et autres pressions pour ramener de l’argent au comité (dont la présence de 30 Miss au lieu de 22 ou 24 les autres années), voici un nouveau pavé dans la mare pour Miss Belgique.

Ayant nous-même croisé la mère, énervée, de ladite candidate - qui a eu le titre de Miss Sympathie, pour lot de consolation ? - dans les coulisses avec un membre du comité (duquel on a juste pu entendre "c’est politique" avant de s’éclipser), tout porterait à croire ses dires. La finaliste, choquée, a tout de suite montré sa désapprobation en refusant de faire la photo finale avec les gagnantes et en brandissant un joli doigt d’honneur devant le logo Miss Belgium. Alors, Miss Belgique ou Miss polé-miss-tes ?