People

La toute fraîche élue, Miss Réunion, a posé pour des photos osées. Geneviève de Fontenay est intraitable...

BRUXELLES Si ça ne tenait qu'à elle, Geneviève de Fontenay aurait déjà, depuis hier matin, prié la nouvelle ambassadrice de charme de la France, tout juste élue (c'était il y a deux semaines), de plier ses bagages et de rendre sa couronne. Mais voilà, la présidente du Comité Miss France n'a pas toutes les cartes en main pour destituer la plus belle fille de l'Hexagone de ses fonctions. Elle doit être soutenue par Endemol (qui a racheté à la dame au chapeau certains droits d'exploitation du Concours Miss France). Si la décision qu'elle attend n'est pas prise rapidement, Geneviève de Fontenay menace même de quitter le poste qu'elle occupe depuis 26 ans. Si Valérie Bègue - la Miss incriminée - ne démissionne pas, "c'est moi qui n'aurai plus qu'à partir", a ainsi lancé, vendredi, la présidente du Comité Miss France.

Mais qu'est-ce qui a bien pu causer une colère aussi irréversible chez Geneviève de Fontenay ? Une photo suffit. Les polémiques ayant récemment entouré certaines Miss apportent d'autres indices. Une fois qu'on touche à l'image de vierge immaculée de la plus belle fille de France, Geneviève montre les crocs. Voilà Valérie Bègue, 22 ans, Miss Réunion, bien mal partie pour devenir l'une des chouchoutes de la présidente du Comité. Vendredi, le magazine Entrevue faisait sa une avec des photos suggestives de Miss France au mieux de son sex-appeal. Elle y pose en bikini, allongée sur un crucifix ou encore léchant un laitage sur le sol. C'est sûr, la dame au chapeau a subi un sacré choc en feuilletant la presse hier matin ! "C'est inadmissible", a-t-elle déclaré à chaud sur Europe 1. "Miss France doit démissionner immédiatement, sinon on la fera partir." La jolie Valérie Bègue, actuellement en pleine tournée triomphale dans son île natale, La Réunion, a répondu illico. "Je ne démissionnerai pas. Ces photos ont été réalisées il y a trois-quatre ans pour des essais. Elles n'étaient pas censées être publiées. Je m'y étais opposée. Ce sont des photos personnelles qui ont été volées et publiées."

Geneviève de Fontenay, elle, compte bien poser la couronne de Miss France sur la tête d'une des dauphines du concours dans les jours à venir. Et rien ne l'arrêtera. Elle l'a déjà fait en 2004, en suspendant pour six mois Laetitia Bléger.



© La Dernière Heure 2007