People

Invitée par le quotidien Midi libre à s’exprimer sur les "gilets jaunes", Muriel Robin s’est montrée solidaire avec le mouvement, mais pas avec l’humoriste qui a enchaîné les changements de position sur le sujet. 

" J’ai cette chance de ne pas être Franck Dubosc", lance d’entrée de jeu Muriel Robin. "Quand on n’a rien à dire, il ne faut rien dire. Il n’y a que la sincérité qui peut être entendue. Comment pourrait-on être contre les 'gilets jaunes'? Bien sûr qu’il faut prendre à ceux qui ont du pognon ! Le mouvement des 'gilets jaunes' est un peu un fourre-tout, c’est surtout un ras-le-bol, et ce n’est pas la faute de Macron. Avant, il y a eu des ‘gentils’, de gauche, des ‘méchants’, de droite, et rien n’a changé. Quand les entreprises s’en foutent plein les poches et écrasent les gens pour avoir plus, il y a quelque chose qui ne va pas."