Muriel Robin le dit depuis un moment déjà : elle se sent bien. Très bien. Avec Robin revient Tsoin Tsoin, elle signe un retour sur scène tant espéré par son public. "On croit quand même créer cette attente. Mais la plus grosse inquiétude, c’est de ne pas être à la hauteur de l’attente", nous confiait-elle hier, au matin d’une représentation lilloise.

On ne l’imagine peut-être pas, mais la notion de risque, pour Muriel Robin qui a écrit cette fois seule ce spectacle (elle avait l’habitude de collaborer avec 4 mains avec son ami Pierre Palmade), est là. "Quand vous faites un break de 8 ans, il faut revenir un peu forte. Si on revient pareille, je pense que pareille, huit ans après, ça veut dire en dessous. Qui n’avance pas, recule ! J’ai été portée par un truc que j’avais à dire. J’avais écrit un spectacle de sketches, avant celui-ci, on m’a dit qu’il était très bon. Mais à la troisième lecture, je m’ennuyais tellement, que je l’ai mis dans la poubelle de mon ordinateur. Je n’en étais plus là. Je voulais un spectacle avec du sens. Et je suis repartie avec plus de fond. Avec un besoin de vérité pour expliquer cette fille à la mâchoire carrée et en tailleur noir. Mettre des mots là-dessus, sur cette fille qui n’existe plus vraiment. Je suis plus tranquille avec la vie."

Elle a donc pris le temps de laisser Robin, celle "qui fait rire", "pour s’occuper de Muriel. Elle est plus douce, plus cool". Mais la comédienne n’en a pas pour autant perdu son sens inné du rire, on vous rassure…

Et si ce Robin revient Tsoin Tsoin évoque son parcours de vie, elle ne s’en sert pas pour autant, chaque soir (ou presque), comme thérapie. "On ne peut pas régler un problème de rapport avec sa mère sur scène. Quand on règle un problème, c’est qu’on est en douleur, on n’a pas envie de faire rire ! Tout ça est réglé ! Je ne crois pas aux thérapies spectacles…"

Dans quelques jours, Muriel Robin fera un break dans la tournée qui l’amènera chez nous (le 12 mars prochain) pour se consacrer à une nouvelle fiction télé, sous la direction de Josée Dayan. Et alors que ses anciens camarades ont repris le chemin des représentations des Enfoirés, cette année encore (sa dernière participation date de 2007), Muriel sera aux abonnés absents. " J’ai arrêté à cause de mon burn out. L’idée d’être avec plein de gens sur scène, ce n’est pas possible. Je panique. J’ai réessayé, mais je ne peux pas. Ça ne me paraît pas très grave. Je repenserais le truc si tout reposait sur moi et que je mettais des millions de repas en danger. Mais personne n’est irremplaçable. Du coup, ça m’a fait me rapprocher d’autres associations…"

Retrouvez toute l’interview de Muriel Robin dans le Télé DH de la semaine prochaine.

En spectacle à Forest National le 12 mars. 0900/00.456 ou www.c-live.be