Dimanche 15 novembre prochain, jour de la Fête du Roi, la Une diffusera à 22h35 le documentaire réalisé par Nicolas Delvaulx L’héritage d’une reine, les passions d’Elisabeth.

La duchesse Elisabeth est née en Bavière en 1876. Elle est la fille du duc Charles Théodore en Bavière, éminent ophtalmologue, et de l’infante Marie Josèphe de Portugal. En 1901, elle épouse le futur roi Albert Ier.

Ils ont fait connaissance en 1897 à Paris lors des funérailles de la tante d’Elisabeth, la duchesse Sophie-Charlotte qui a péri dans le dramatique incendie du Bazar de la Charité.

Elisabeth a ce côté fantasque et artistique propre à la famille de Bavière, comme sa marraine et tante l’impératrice Sissi ou le roi Louis II de Bavière, mécène de Wagner et cheville ouvrière de la construction des célèbres châteaux de Bavière comme Neuschwanstein.

Musique, sculpture, découvertes archéologiques font partie du quotidien de la reine. Elle transmettra ses passions à ses enfants Léopold III qui après son abdication en 1951, sillonna le monde en tant qu’explorateur, Charles le prince régent qui s’adonnait à la peinture et Marie José devenue reine d’Italie qui parcourut le monde avec sa mère.

Lorsque l’on évoque le nom de la reine Elisabeth, c’est immanquablement le Concours international reine Elisabeth qui y est lié.

Décédée le 23 novembre 1965 à l’âge de 89 ans, la reine Elisabeth a laissé un solide héritage culturel avec le Concours, placé aujourd’hui sous le Haut Patronage de la reine Mathilde.

Lors des visites des serres de Laeken, une halte est à présent prévue dans son atelier.

Nicolas Delvaulx qui a déjà consacré d’autres documentaires à la famille royale belge, met l’accent sur le caractère audacieux et enthousiaste de la reine qui semblait pourtant de prime abord plutôt fragile.

Car la réputation de la reine Elisabeth dépasse les frontières de la Belgique.

Après la Seconde Guerre Mondiale, un diadème Cartier en diamants qui lui avait été dérobé par les Soviétiques, lui est restitué par les autorités de Moscou.

Amie du monde de la musique mais aussi de la littérature et des sciences, cultivant des amitiés avec Jean Cocteau, Einstein, André Gide, Pablo Casals,…

L’image de la reine-infirmière est restée très présente. On se souvient de son dévouement lors de la Première Guerre Mondiale à l’Hôpital de l’Océan. Une reine de naissance allemande qui n’a jamais tremblé au moment de choisir son camp lors des deux guerres.

Des photos d’archives, des lettres inédites traceront le fil conducteur de ce documentaire, sans oublier son caractère obstiné et entêté, bravant même les interdits du gouvernement pour se rendre à sa guise à l’Est en pleine période communiste à Moscou, en Chine, en Pologne ou en Yougoslavie, lui valant le sobriquet de reine rouge.

Dimanche 15.11.2020 - Le Une - 22.35 "L’héritage d’une reine, les passions d’Elisabeth", documentaire de Nicolas Delvaulx (durée 1h)