La starlette de la téléréalité dévoile un premier extrait de son autobiographie, Trop vite. Et une couverture très sobre qui ne lui... ressemble pas.


“Ces deux dernières années, j’ai aussi appris qu’il vaut mieux ne compter que sur soi et les siens, ce qui ne fait pas des masses de gens, au final. Tu le comprends vraiment quand, un sale matin, tu te retrouves en taule à te taper la tête contre les murs, persuadée que ta vie est foutue. Mais bon, la vie n’est vraiment jamais foutue.”

Voici les premières lignes dévoilées par Nabilla sur Instagram, au sujet de son autobiographie Trop vite (écrit avec l’aide de Jean-François Kervéan) et qui sortira le 14 avril prochain – un mois juste avant son procès pour “violence aggravée” du 19 mai – aux éditions Robert Laffont.

L’occasion pour la bimbo, soupçonnée d’avoir poignardé son compagnon Thomas Vergara, de remettre les pendules à l’heure ? “Certains ont raconté n’importe quoi et m’ont traînée dans la boue”, balançait celle qui a fait un séjour de cinq semaines en prison, récemment, à Tv Mag.

En dévoilant aussi la couverture de son bouquin, la Française de 24 ans se veut directement plus sobre qu’à son habitude. Si elle se met littéralement à nu dans son livre, elle ne le fait pas physiquement sur sa couverture. Fini les seins en valeur, fini le look provoc et bling-bling, place à un côté tomboy à la Christine and the Queens, mocassins aux pieds et une coiffure quelque peu négligée… On croirait presque qu’il s’agit du style de look neutre qu’elle compte adopter au tribunal, histoire d’être bien vue.

Une Nabilla Benattia au naturel pour paraître plus vraie que nature ? Affaire à suivre.