Naomi Campbell n’est pas fière d’elle

LONDRES La panthère noire la plus sexy de la planète s’apprête à franchir un cap le 22 mai : celui de son 40e anniversaire. Non pas en sortant les griffes ou en agressant son entourage à grands coups de GSM, mais bien en faisant profil bas. Ce qui ne doit pas être simple, perchée sur des jambes presque aussi longues et impressionnantes que sa mauvaise réputation.

Sans rien nier de son passé, Naomi Campbell a décidé d’entrer dans la quarantaine en se débarrassant de ses boulets qu’étaient la colère, la violence, la drogue (elle lui donnait le sentiment d’être “invincible ”) et l’alcool. “Je ne suis pas parfaite , déclare-t-elle dans une rare interview au Daily Mail. Je suis en chantier. Mais je travaille mes défauts. C’est tout ce que je peux faire : les travailler.

Loin de la suffisance qu’elle affichait lorsqu’elle était la reine absolue des catwalks, Naomi Campbell jette un regard plutôt attristé en arrière. “Pendant tout un temps, c’était très difficile de me voir dans le miroir. Je n’aimais vraiment pas qui j’étais. La période entre 1998 et 2005 fut très difficile.”

Pas question pour autant de servir l’habituel couplet sur la malédiction de la beauté. “Je ne suis pas parfaite. Regardez, j’ai cette cicatrice, à droite au-dessus de ma lèvre. Quand j’ai commencé le mannequinat, on m’a dit de l’effacer. Je ne l’ai jamais fait. ” Et d’ajouter : “Je suis entourée de personnes qui me disent que je suis belle. Cela entre par une oreille et ressort par l’autre. La colère n’était pas ma seule solution. Je devais rester clean et suivre le programme des alcooliques anonymes. Maintenant, je sais ce qui me tient dans le droit chemin. Tout le monde sait ce que j’ai vécu. Je suis humaine, je fais des erreurs, mais je les répare toutes. Je ne les nie pas. Je ne suis pas fière de ce que j’ai fait et des incidents qui ont marqué ma vie. Mais j’ai fait quelque chose pour me rattraper. Je ne suis pas à l’âge où on n’apprend plus de leçon.”

Les siennes ont surtout trait à son mode de vie. Et même s’il lui arrive encore de rudoyer un chauffeur de taxi ou de se comporter comme une diva, la compagne du milliardaire russe Vladislav Doronin s’est fort calmée. “J’ai arrêté de participer aux soirées ou de brûler la chandelle par les deux bouts. J’ai appris qu’on ne manque rien du tout en n’essayant pas tout. Maintenant, je travaille dur pendant dix jours, puis je prends une semaine de repos. Je ne suis pas en train de fuir mes responsabilités. Je suis responsable de toutes mes actions. Mais aussi de tous les changements que j’effectue.

Une maturité qui rend sa conclusion plutôt touchante : “J’ai grandi. Je veux une vie plus calme désormais. Les choses qui importent à 20 ans ne sont plus celles qui comptent à l’approche des 40 . Je pensais ne jamais fêter cet anniversaire.”



© La Dernière Heure 2010