Cinq actrices à la carrière internationalement reconnue se souviennent d'une anecdote qui a marqué leurs débuts.


Natalie Portman

© Reporters

“Lorsque je me suis rendue à la première audition pour Léon, la directrice de casting m’a déclaré : ‘Toi là. Tu es trop jeune pour le rôle. Rentre chez toi !’ Deux semaines plus tard, on rappelait mes parents pour leur annoncer que, finalement, le réalisateur voulait quelqu’un de plus... jeune ! J’y suis donc retournée. La suite, vous la connaissez.”


Jennifer Lopez

© Reporters

“Je suis avant toute chose américaine puisque c’est dans ce pays que je suis née. Mais ce n’est pour autant que j’ai renié mes origines. La preuve : lorsque j’ai débarqué à Hollywood, des producteurs m’ont clairement fait savoir que si Jennifer, ça ne leur posait pas problème, en revanche pour Lopez, ça les faisait tiquer. Baby, tu as un nom de bonne ! Ce n’est pas très vendeur. Il va falloir que tu songes à le changer !” me disaient-ils. “Je leur ai répondu : Plutôt crever !”


Isabelle Huppert

© Reporters

“Quand j’avais 15 ans, ma mère m’a poussée à prendre des cours, comme une mère essaie d’aider son enfant à s’épanouir. J’ai donc fait le conservatoire de Versailles. Lors du concours de sortie, Margot Capelier, la grande directrice de casting, est venue vers moi, s’est présentée, m’a félicitée. Ses encouragements ont été cruciaux. Pourtant, même après avoir choisi cette voie-là, je restais très mal à l’aise, bloquée, timide. Au Conservatoire national, je ne présentais jamais de scène. J’ai même failli être renvoyée, parce qu’on ne me trouvait pas assez assidue. Je travaillais déjà dès que je le pouvais, j’apparaissais dans des téléfilms. Il fallait, pour me vaincre, que je me retrouve devant une caméra.”


Catherine Zeta-Jones

© Reporters

“Mes débuts à Hollywood remontent à 1995 : j’étais venue auditionner pour une série consacrée à la vie de Liz Taylor. Mais finalement, j’ai renoncé au casting mais pas au voyage ! Je ne connaissais qu’une seule personne à Los Angeles et je n’avais pour ainsi dire jamais quitté les jupons familiaux. Un peu plus tard, j’ai loué un appartement à Pacific Palisades – le numéro du building était 666, le signe du Diable – j’aurais dû avoir la frousse, mais j’ai considéré ça plutôt comme un chiffre porte-bonheur !”


Meryl Streep

© Reporters

“Quand j’étais une toute jeune actrice, des affameurs hollywoodiens ont essayé de me faire perdre quelques kilos. Je n’ai jamais cédé ! J’ai une ossature lourde ! Objectivement, si j’avais les attaches de Sharon Stone, ça se saurait et, surtout, ça se verrait. Vous m’auriez vu du coup tourner plus de scènes sous la douche ! (rires) Dés mes débuts dans ce métier, j’ai compris qu’il ne fallait pas se déconnecter du public car c’est votre source d’inspiration.”