Il y a quelques semaines, Nicolas Bedos s’était déjà fendu d ’un texte polémique où il encourageait les gens à ne pas respecter les règles sanitaires: "Tombez malades, allez aux restaurants, engueulez les flicaillons, contredisez vos patrons et les lâches directives gouvernementales. Nous devons désormais vivre quitte à mourir." Il avait par la suite affirmé 

Hier, c'est à nouveau sur les réseaux sociaux que l'artiste s'est exprimé à propos des mesures en vigueur en France et notamment la fermeture des librairies et rayons librairies des grandes enseignes: "Cessons de nous faire des illusions adolescentes sur le sort des librairies, des théâtres, de la “Culture”. Nos technocrates interchangeables ont parfaitement compris que tout un pan de l'électorat associait désormais le motCultureaux divertissements frivoles d'un embryon de privilégiés - quand ce n'est pas au gagne-pain devedettessurpayées."

Nicolas Bedos continue et va même plus loin dans ses propos: "Suite à un formidable basculement encouragé par la démagogie de nos gouvernants et accéléré par l'huile que jettent les réseaux sociaux sur le feu des injustices sociales, dans le monde de maintenant : ce sont les politiques qui parlent VRAI et les "intellos" qui parlent BEAU. Le confinement a été repeint par certains aux couleurs d'une chimérique égalité pour tous. Tous dans la merde ? 'Bien fait !"

Selon lui, les commerces culturels de proximité, comme les théâtres, librairies et cinémas, pourraient disparaître à terme si la situation perdure: "Le "peuple" tel qu'il est conçu par les disquettes au pouvoir ne se rappellera même pas du temps où seuls les commerces culturels de proximité permettaient la diffusion d'oeuvres plus difficiles plus exigeantes avec eux-mêmes."