Elle se produira sur la scène du Crazy Horse du 2 au 8 juin prochain

PARIS Comme Clotilde Courau ou Arielle Dombasle l’ont fait avant elle, Noémie Lenoir a rejoint la troupe du Crazy Horse pour quelques représentations exceptionnelles. Si elle ne se produira devant le public qu’à partir de dimanche soir, la mannequin a déjà commencé les répétitions.

C’est carrément un défi ! Je ne pensais pas au début que les entraînements allaient être aussi intenses ! ”, a-t-elle confié au site d’Auféminin.com. “Le Crazy Horse, c’est le plus grand cabaret en France, et même dans le monde, donc pour moi c’est un honneur qu’ils aient fait appel à moi. Danser, c’est la beauté du corps dans toute sa splendeur. Donc, en tant que mannequin, la boucle qui est bouclée !

Habituée à se dénuder lors de séances photos, Noémie avoue que la démarche est ici différente. “Dans le mannequinat, j’ai fait beaucoup de photos de mes fesses, de mon corps nu… Et là, dans la revue du Crazy, c’est complètement différent, je fais des poses avec mon corps que je n’ai jamais faites, même dans le mannequinat ! Je suis à moitié nue, mais je n’enlève jamais le bas, je ne fais pas de nu intégral. Montrer mes seins, ça ne me gêne pas… enfin pour l’instant, car je suis en répèt, pas encore devant 260 personnes ! J’ai une petite appréhension. Au cabaret, tout le monde vous regarde, il faut plaire au public, c’est du direct. Ce n’est pas de la photo où on va retoucher l’image, ni comme sur les podiums où il suffit de marcher et de mettre en valeur des vêtements.

Sexy en diable sur les photos des répétitions, l’ex-femme de Claude Makélélé confirme que les revues du Crazy Horse donnent une image dominatrice de la femme. “J’ai toujours été dominatrice dans mes histoires d’amour ! Et je pense que les hommes aiment ça… Mais au Crazy, il n’y a rien de pornographique, ni de vulgaire, c’est vraiment jouer avec la sensualité de notre corps.



© La Dernière Heure 2013