Allô docteur ? Olivia Wilde nous revient en magicienne. Chaud devant !

LOA ANGELES L’ex interprète de 13 dans Dr House a aujourd’hui gagné ses galons de stars. Après avoir fait fantasmer des millions d’hommes, celle avec qui nous aurions tellement aimé jouer au docteur, nous revient dans un rôle qui nécessite moins de diplômes mais plus de doigté. Celui d’une assistance/apprentie magicienne dans The Incredible Burt Wonderstone. Cette fois-ci la jolie Olivia partage l’affiche avec un chaud lapin incarné par Steve Carell, un mec aussi pacifique qu’une colombe joué par Steve Buscemi et un prestidigitateur qui travaille sérieusement du chapeau alias Jim Carrey. Interview menée à la baguette !


Dans The Incredible Burt Wonderstone vous incarnez une très sexy assistante à côté de deux magiciens un tantinet ringard qui pratiquent la prestidigitation depuis leur plus jeune âge. La magie, c’est quelque chose qui vous fascinait quand vous étiez enfant ?


“J’ai toujours été fascinée par la magie. Et encore aujourd’hui, je me réjouis de voir ces artistes nous faire prendre des vessies pour des lanternes ! (rires) Quand j’étais petite, chaque année, un magicien venait se produire dans mes party d’anniversaire. J’avais cinq ans la première fois que mes parents ont fait appel à ce type de prestataire. Je me souviens en particulier d’un gars qui était capable de faire couler du lait en appuyant sur son coude ! Quand j’y repense aujourd’hui je me dis que c’était dégueulasse. Mais quand vous êtes une gamine, vous trouvez ça incroyable ! Génial !”


Steve Carrel alias Burt Wonderstone joue un con ultime dans ce film. Des gars comme ça, aussi puant, aussi exécrable, vous en avez déjà rencontré à Hollywood ?


“Je suis chanceuse.
Cela fait dix ans que je suis actrice et jusqu’à présent je n’ai jamais travaillé avec un con ! Je sais que Hollywood a la réputation d’être peuplée de gens particulièrement hautains et détestables ! Pour l’heure, j’ai réussi à passer à travers les gouttes ! Mais cela ne veut pas dire pour autant que demain, je ne croiserais pas sur mon chemin, un connard de première ! (rires)…”

Si c’est le cas, comment réagiriez-vous

“Je passerais un coup de fil sur le champ à David Copperfield et je lui demanderais de me filer un coup de main Je suis sûr qu’il a déjà fait disparaître des gens qu’il ne supportait pas ”

Mais si vous deviez faire disparaître une personne, une seule, quelqu’un qui vous aurait manqué de respect il y a vingt ans par exemple, vous vous y prendriez comment

“Répondre à cette question c’est un peu comme marcher sur un terrain miné A ma connaissance, je n’ai pas d’ennemis. Il y a bien quelques personnes, j’en suis convaincue, qui ne m’apprécient guère. Mais elles ne se manifestent pas et le font en silence (rires)”

Des femmes jalouses de votre beauté peut-être…

“Je ne sais pas. Des actrices qui n’ont pas eu le rôle qu’elles espéraient peut-être ou des fans à qui je n’ai pas pu signer d’autographes faute de temps Des gens frustrés. Pour être franche, je ne suis pas une revancharde. Si demain j’apprenais que quelqu’un voulait me nuire, je ne l’enverrais pas dans une autre dimension. Je ne le transformerai pas en lapin ou en pigeon. Parce que je pars du principe qu’il faut toujours laisser une seconde chance. Que tout le monde peut se racheter une conduite. Que nous sommes humains et que par conséquent nous faisons tous et toutes des erreurs J’ajoute que j’ai une marge de tolérance hors du commun. Pour me faire sortir de mes gongs, il faut vraiment le vouloir Enfin, j’ai toujours rêvé d’être actrice et de faire partie intégrante de cette communauté. Maintenant que j’y suis, je ne vais pas lui cracher dessus. Pendant des années, j’ai idolâtré des actrices qui me font la bise aujourd’hui quand je les vois Pour autant, je ne me sens toujours pas leur égale car ces personnes m’impressionnent comme au premier jour ”

Et si vous deviez faire apparaitre là tout suite, des personnes que vous aimez, décédées ou encore vivantes

“J’aurais voulu connaitre Katharine Hepburn Je suis aussi fan de Gloria Steinem qui a toujours ferraillé pour les droits de femme. J’aime les féministes. Celles qui tapent du poing pour que nous ne soyons plus des objets dans les mains de l’homme ou tout simplement instrumentalisées. J’ai une grande admiration pour toutes ces filles qui ont su mener leur barque, qui ont su combattre les préjugés et s’imposer dans cette société machiste. Je pense notamment à Yoko Ono qui n’avait pas froid aux yeux. Ni ailleurs du reste! (rires) J’aime aussi ces femmes qui ne s’excusent pas d’être sexy”.

© La Dernière Heure 2013