Omar Sy est partout. Dans les couloirs du métro parisien où il a été vu – mais pas reconnu – collant des affiches de la série Lupin à son effigie, prouvant que comme Arsène Lupin, il est possible de passer incognito partout pourvu qu’on ait le costume qui s’y prête. Mais aussi à la télé où la dite série cartonne. Non seulement en France et en Belgique, mais aussi aux Pays-Bas, en Allemagne, en Espagne, en Italie et jusqu’aux États-Unis. Une première pour une série bleu-blanc-rouge. Enfin, le succès étant au rendez-vous, il s’invite dans les médias, évidemment.

À la manière du personnage qu’il incarne actuellement sur le petit écran, l’acteur joue de la provoc’ face à ses détracteurs. Dans sa ligne de mire, ceux qui s’en sont pris à lui lorsqu’à l’occasion de la sortie du nouvel album d’Aya Nakamura, il avait repris un des titres de la chanteuse en ressuscitant Doudou, un de ses personnages fétiches qui faisait les belles heures du SAV des émissions sur Canal +.


"Je ne vais pas arrêter"

Un trait d’humour qui n’est pas passé auprès de certaines personnes qui y ont vu du racisme. “Je m’en fiche” a-t-il répondu sur l’antenne de France Inter, pointant du doigt une dérive de plus de la part des réseaux sociaux. “Je ne peux pas contrôler cela, mais ce n’est pas pour ça que je vais arrêter”, s’est-il empressé d’ajouter.

Sur TF1, il a enfoncé le clou. Dans 50 minutes Inside, il s’est amusé des accusations portées à son encontre. “On m’accuse moi de racisme… Tout est dit. C’est marrant. ça me donne envie de faire d’autres vannes. J’ai presque envie de faire un film de Doudou. Faire un truc sur Instagram si c’est ce que ça a provoqué, je vais le faire pendant 1 h 30, comme ça, on va se marrer.”


Boutade en l’air ? Qui sait, à force d’être pris pour cible sur les réseaux sociaux, l’acteur pourrait bien un jour répondre de cette manière à ceux qui ne cessent de le brocarder. Car rappelons qu’il a aussi été largement décrié pour avoir pris position concernant les violences policières en France.