Ce lundi 4 janvier, Omar Sy était invité sur le plateau de l'émission Quotidien. L'acteur préféré des Français avait fait le déplacement pour évoquer la sortie de la série Lupin, dans l'ombre d'Arsène sur Netflix le 8 janvier prochain. Comme à son habitude, Yann Barthès l'a interrogé sur l'actualité en France et a notamment rebondi sur les propos qu'il avait tenus sur les violences policières lors d'une interview pour le Nouvel Obs. Un sujet délicat, puisqu'hier se tenaient les commémorations à la mémoire de Cédric Chouviat, un homme tué lors d’un contrôle routier il y a un an. Trois des quatre policiers impliqués dans l'affaire ont été mis en examen pour homicide involontaire. Un effroyable incident qui reste encore aujourd'hui dans les esprits.

"Chacun réagit comme il veut, moi je suis un mec qui me pose des questions", commence Omar Sy. "Quand j'ai vu ce qu'il s'est passé cet été, c'était très particulier. Et là, on vient de voir cette jeune fille… Ça me fait des trucs de la voir qui reprend les mots de son père. Je suis désolé, je ne suis pas insensible à ça. Je suis un bonhomme comme les autres. Il y a des choses qui me bouleversent, je suis un père, ça me bouleverse de voir une fille qui met ses études de côté parce qu'il faut qu'elle défende son père, parce qu'elle demande la justice".

L'acteur va encore plus loin en développant ses interrogations. "Je pose la question : 'Pourquoi on n'a pas la justice ? Pourquoi on ne peut pas discuter ? Pourquoi il se passe ça ? Pourquoi de l'autre côté tu as des mecs qui tabassent des flics ? Pourquoi ?' Y a bien un problème, on le sait. Maintenant, est-ce qu'on fait quelque chose ou chacun dit 'c’est la faute des uns, des autres' ? C'est la faute de tout le monde. À partir du moment où il se passe ça, on est tous un peu responsables. Moi je dis juste : 'Qu'est-ce qu'on fait les gars ?' Je me pose juste la question, après, évidemment, je n'ai pas la réponse", ajoute-t-il.

Cette prise de position franche d'Omar Sy a divisé les téléspectateurs et les internautes. Certains ont salué ses propos "remplis de bon sens", tandis que d'autres ont dénoncé le fait qu'il réside actuellement aux Etats-Unis et qu'il est donc bien loin des problèmes de la société française. Sentant qu'il risquait à nouveau de se faire critiquer sur le sujet, l'acteur a conclu son discours en jouant la carte de la modestie. "Pour certains je ne suis pas légitime, je m'en ‘cague’. Je réagis, c'est tout. Parce que ça me fait des trucs."