Pour la première fois, Ophélie Fontana sera enfermée dans le studio de verre de Viva for Life. Elle n’en ressortira qu’un jour avant le réveillon de Noël. Entretien.

Tic tac, tic tac. L’horloge tourne pour les trois animateurs de Viva for Life qui se feront, d’ici à quelques heures, enfermer pendant six jours et six nuits, dans le nouveau studio de verre situé Place de la Digue à Charleroi. Pour cette quatrième saison, Sara de Paduwa et Cyril Detaeye seront accompagnés d’une nouvelle recrue, la journaliste Ophélie Fontana.

En attendant le début de l’aventure qui prendra fin la veille du réveillon de Noël, la présentatrice du 15 minutes (La Deux) nous a donné rendez-vous aux Plaisirs d’Hiver de Bruxelles, histoire de goûter aux petits plaisirs de Noël avant l’heure. "J’adore me balader dans les marchés de Noël, surtout les petits comme celui d’Ittre que je trouve plus chaleureux et convivial", confie Ophélie en s’arrêtant devant le chalet du Père Noël proposant une panoplie de bonnets de fêtes. "J’aime assez bien l’ambiance des fêtes de fin d’année. Je trouve ça magique. Ça amène un peu de lumière dans une période où il fait noir beaucoup plus tôt. C’est un moment charnière entre les deux années. L’idéal pour évacuer les problèmes que l’on a rencontrés les mois passés pour repartir de plus belle."

Avez-vous déjà décoré votre sapin de Noël ?

"Vincent (Langendries, NdlR) et les enfants s’en sont chargés. J’adore avoir un beau sapin naturel et bien décoré chez moi, mais je déteste le décorer ! Pour ça, il ne faut pas compter sur moi." (rires)

Cette période de l’année vous rappelle de bons souvenirs ?

"Oui, surtout un : la naissance de ma fille, Léa. J’ai accouché d’elle le 13 décembre 2006, il y a donc tout juste dix ans. C’était mon premier Noël avec elle et en tant que maman. Je me souviens qu’une amie était venue passer Noël avec son petit bout à elle aussi. On adorait voir nos bébés dans leur petite tenue de fête. C’était mignon."

Cette fin d’année est particulière car vous serez enfermée dans le studio de verre jusqu’au 23 décembre. Comment a réagi votre fille lorsque vous lui avez annoncé la nouvelle ?

"Très bien. Elle suit Viva for Life depuis le début. Elle sait donc pourquoi on fait tout ça et pourquoi cela a une telle importance. Il faut qu’elle en ait bien conscience. Aider les autres fait partie de son éducation. Elle comprend bien que tout le monde n’a pas la chance de vivre bien, qu’il y a des gens malheureux. Elle participera d’ailleurs à Viva for Life avec son école."

Vous pouvez également bénéficier du soutien de votre mari, le journaliste sportif Vincent Langendries…

"Oui, ça a d’ailleurs été la première personne à laquelle j’en ai parlé quand on m’a proposé d’intégrer le studio. Il m’a tout de suite dit qu’il me verrait bien remplir ce rôle, que ça collait bien à ma personnalité. Donc, quand j’ai su qu’il n’y voyait pas d’inconvénient, j’ai foncé. Je dois vous avouer que j’étais vraiment surprise quand on m’a proposé d’intégrer le cube. Je ne pensais pas entrer dans la catégorie des gens que recherchait la production…"

Le défi est radiophonique aussi puisque, pour la première fois, vous deviendrez animatrice radio…

"Exactement ! Même si je fais des chroniques à la radio, je n’avais eu le rôle de l’animatrice. J’ai donc été formée à la RTBF et j’avoue que c’est un exercice que j’aime beaucoup ! C’est une corde que j’ajoute à mon arc. Ce côté touche-à-tout fait partie de ma personnalité. Ça me permet de garder une certaine fraîcheur et une motivation."

Autre élément important : comme l’année dernière, le studio de verre de Viva for Life prend place à Charleroi, ville de laquelle une partie de votre famille est originaire…

"Oui, j’y retourne d’ailleurs souvent car une partie de ma famille y vit encore. Certains m’ont prévenue qu’ils allaient venir me faire un petit coucou lorsque je serai dans le studio! C’est chouette!" (sourire)