De passage à Cannes pour défendre sa fondation, la comédienne a mis son cœur à nu

Caméléon, Pamela Anderson ? On la voit le soir, les cheveux courts et le décolleté débordant, au bras d’un jeune éphèbe et la voici, quelques heures plus tard, sur la plage de l’Éden Roc, affichant une longue crinière et une robe blanche de première communiante… Même ses tatouages semblent s’être fait la malle…

Pourtant, l’actrice de 46 ans est bien décidée à ce que l’on parle d’elle sur la Croisette et alentour, puisque c’est (aussi) pour une bonne cause, celle de sa fondation - simplement nommée la Pamela Anderson Foundation - qu’elle a fait le déplacement. Une bonne œuvre lancée conjointement avec Cool Earth, créée par l’Anglaise Vivienne Westwood.

C’est cette dernière, d’ailleurs, qui avait dessiné la robe que portait Pamela lors de la soirée de gala qui s’est tenue sur un yacht au large de la Croisette, devant un parterre d’invités qui est allé de surprise en surprise.

Car derrière le sourire et l’opulente présence de l’ex-naïade d’Alerte à Malibu, il y a des failles, par lesquelles elle semble aujourd’hui décidée à laisser entrer la lumière. "Je n’ai pas eu une enfance facile. Malgré des parents aimants, j’ai été agressée sexuellement par une baby-sitter quand j’avais 6 ans, a-t-elle avoué. Et ce n’est qu’un début puisqu’elle a ajouté avoir été violée plus tard, par une connaissance. "Je suis allée chez un ami d’une amie et son grand frère a voulu m’apprendre à jouer au backgammon, mais ça a tourné en massage du dos puis en viol. Ma première expérience hétérosexuelle. Il avait 25 ans, j’en avais 12."

Pourquoi de telles révélations, aujourd’hui, et en présence de Brandon, son fils de 17 ans ? Pour servir la bonne cause, celle des animaux, qu’elle défend. "Cela explique pourquoi j’ai toujours eu du mal à faire confiance aux humains. Mes parents ont tout fait pour que je sois en sécurité, mais le monde n’est pas un endroit où l’on est en sécurité. Mon père était alcoolique, ma mère avait deux boulots; elle pleurait tout le temps; parfois mon père ne rentrait pas à la maison. C’est venu naturellement; les arbres me parlaient. Je suis devenue loyale envers le royaume des animaux et me suis juré de les protéger. Pendant longtemps, j’ai prié pour les baleines, les pieds dans l’océan, mes seules amies jusqu’à ce que j’aie des enfants."