Accusé d’agression sexuelle, le chanteur a donné sa version des faits.

Tant que je n’ai pas eu accès au dossier, tant que je n’ai pas vu un juge, je ne peux pas m’exprimer. " Après avoir nié les accusations qui le visent, l’interprète de "Qui a le droit " a déclaré à Paris Match qu’il attendait patiemment la fin de l’enquête. 

Et qu’il évitait de prendre la parole au risque d’entraîner une nouvelle polémique. Patrick Bruel a toutefois tenu à briser le silence et surtout donner sa version des faits lors de ce fameux concert donné en Corse le 7 juillet dernier où il aurait eu un comportement déplacé envers une masseuse. Si le chanteur de 60 ans conteste toute agression sexuelle, il reconnaît être resté dans le plus simple appareil mais nie l’avoir fait dans l’intention d’obtenir des faveurs sexuelles. 

"S’il est resté nu ce jour-là sur la table de massage, c’est parce qu’il faisait une température caniculaire dans sa loge, ouverte à tous", a-t-il indiqué à Paris Match. Patrick Bruel lui aurait ensuite proposé d’assister à son concert, ce qu’elle aurait accepté volontiers.

Une défense suite à des accusations (qui en ont amené cinq au total) qui semblent peiner l’artiste, en concert la semaine dernière en Belgique. "On sent bien que quelque chose a changé, déplore un membre de son équipe. Ce n’est pas tout à fait la même vibe qu’avant l’été."