People

Jusqu’à ce samedi, jour de l’élection diffusée en direct sur AB3, découvrons nos 30 finalistes à Miss Belgique 2016. Aujourd’hui, Ashley Thirry. SMS MB25 au 6665.

"Ma tante a participé au concours en 1985", explique cette Bruxelloise bilingue - et qui a aussi des notions de mandarin depuis son programme d’échange d’un an à Taiwan - de 24 ans. "Elle m’a donc motivée à le faire, tout comme ma maman. Je sais que je ne suis pas la plus jolie femme du monde mais je vais mettre mes atouts en avant pour l’élection. Je n’ai rien à perdre."

Un prix du public à Miss Bruxelles plus tard et la voilà parmi les 30 finalistes. "Miss Belgique est l’ambassadrice du pays, elle le représente donc d’une autre manière que les ministres, les sportifs ou les comédiens. C’est une touche féminine. La reine Mathilde est aussi très féminine mais elle doit rester sur la réserve : on ne la verra jamais en bikini (sourire) !"

Assistante manager dans l’entreprise familiale - laquelle regroupe deux sociétés sœurs (cosmétique et bâtiment) -, la plus mature du groupe a aussi officié comme hôtesse de l’air pendant le printemps arabe. "Ayant vu comment une compagnie fonctionne de l’intérieur, j’ai totalement confiance en vol. C’était un rêve de faire ce métier. Quand je vois un avion dans le ciel, ça me manque parfois."

Hobbys ? "Cinéma, lecture et les sorties entre amis."

Qualité ? "Fonceuse et souriante. J’ai toujours eu l’habitude de tout essayer, je n’ai jamais dit non tant que cela ne va pas dans la vulgarité…"

Défaut ? "Perfectionniste et beaucoup trop curieuse (sourire) !"

Une bonne Miss Belgique, selon elle ? "Elle doit être bilingue pour être connue des deux côtés de la frontière linguistique. Elle doit unir les Belges car il n’y a pas que les Diables Rouges !"

© DR