Sans doute animée par un sentiment de toute-puissance, Ghislaine Maxwell avait tendance à balayer les soupçons d'un revers de la main. Et ce fut le cas en 2016, lorsque la Britannique était interrogée sur le prince Andrew et les accusations qui pèsent contre lui. Virginia Roberts Giuffre, enrôlée par Jeffrey Epstein et sa rabatteuse présumée au Mar-a-Lago lorsqu'elle était adolescente, assure en effet avoir été violée par le fils d'Elizabeth II. 

"Tissu de mensonges"

Selon l'Américaine, qui vit désormais en Australie, les rapports sexuels avec le Prince auraient eu lieu dans le domicile londonien de la jet-setteuse, et notamment dans sa baignoire, quand elle n'avait que 17 ans. "La baignoire est trop petite pour tout type d'activité", s'était contentée de répondre Maxwell dans une déposition épluchée par le Mirror le 22 octobre. Elle y réfute également le fait d'avoir présenté des mineures au Duc d'York et d'avoir invité Virginia Roberts chez elle, et ce malgré la tristement célèbre photo du trio. La fille du magnat des médias Robert Maxwell y qualifie aussi la déposition de la jeune de femme de "tissu de mensonges". Pour rappel, l'ouverture du procès de Ghislaine Maxwell est prévue pour juillet 2021.