La comédienne qualifie le nouveau Premier ministre britannique de diabolique et de manipulateur.

Engagée, Emma Thompson l’a toujours été. Depuis longtemps, elle a fait de la protection de l’environnement un de ses chevaux de bataille. Mais c’est une toute autre raison qui l’a poussée à sortir l’artillerie lourde à l’encontre de Boris Johnson et de Marine Le Pen.

À l’occasion d’un entretien accordé au Journal du jeudi, elle est revenue sur le personnage qu’elle interprète dans la série choc Years and Years qui dépeint les pires scénarios qui nous attendent sur le plan politique et environnemental. Elle y campe Vivienne Rook, une femme d’affaires aux idées très arrêtées et très à droite, notamment sur la question de l’immigration, qui se lance en politique. Elle voit en elle un croisement entre Marine Le Pen et Boris Johnson, deux personnalités qu’elle qualifie de "blonds maléfiques à la vision étriquée et aux propos d’un autre temps". S’agissant du nouveau Premier ministre britannique, l’actrice de 60 ans a même été plus loin, le maudissant et le traitant de "menteur pathologique doublé d’un gros porc" .

Ce qui motive ce traitement, c’est le Brexit. Emma Thompson y voit un grand danger pour le Royaume-Uni, celui de perdre l’Écosse et l’Irlande mais aussi celui de voir l’économie s’effondrer.

Ce n’est pas la première fois - et probablement pas la dernière - que l’ex-maire de Londres est la cible du milieu artistique. En 2016, Ewan McGregor avait déjà traité Boris Johnson de "couilles molles" sur Twitter. Il lui reprochait d’avoir refusé de succéder à David Cameron au lendemain du référendum ayant conduit les Britanniques à opter pour le Brexit.