La nouvelle annoncée ce dimanche en fin d'après-midi en a ravi plus d'un: Meghan Markle, épouse du prince Harry, a donné naissance à son deuxième enfant, le vendredi 4 juin.

Deux ans et un mois après être devenu parents d'un petit garçon, Archie, le couple royal a cette fois eu une fille, prénommée Lilibet Diana. Mais contrairement à son grand frère, qui avait vu le jour à Londres, le nouveau bébé royal est né aux Etats-Unis, plus précisément au Santa Barbara Cottage Hospital, en Californie. Nombreux sont ceux qui s'interrogent dès lors sur la nationalité de "Lili".

Droit du sol et droit du sang

En naissant sur le sol américain, la petite Lilibet Diana obtient directement la nationalité américaine. En effet, contrairement à la majorité des pays européens, les Etats-Unis ont recours à la politique du "droit du sol" (jus soli): tout individu né aux Etats-Unis est citoyen américain, et ce, peu importe la nationalité de ses parents. Mais le prince Harry étant citoyen britannique, "Lili" bénéficiera également de la nationalité britannique, la Grande-Bretagne pratiquant la politique du "droit du sang" (jus sanguinis). La nationalité britannique est ainsi automatiquement transmise d'une génération à l'autre, et ce même pour les enfants nés en dehors du Royaume-Uni.

Le nouveau bébé royal aura donc la double nationalité, tout comme son frère Archie, qui a obtenu la nationalité britannique par son père, et la nationalité américaine par sa mère Meghan, qui est américaine et a vécu plus de cinq ans de sa vie aux Etats-Unis, pouvant ainsi transmettre sa nationalité à son fils.