Les rugbymen ont fait des émules

PARIS Après Baptiste Giabiconi, c’est au tour de Quentin Mosiman de poser nu.

Pour un calendrier à son nom. Cela dit, ses fans, uniquement attirées par le côté artistique de l’objet – bien évidemment – risquent d’être légèrement déconcertées par la présence stratégique d’une écharpe blanche à la longueur intrigante qui tient quasiment du maxi-essuie de bain.

Et voilà comment on entretient le mythe et le mystère en même temps à moindre frais.



© La Dernière Heure 2012